Publié le 21 novembre 2017

ÉVÈNEMENT. Le 20 novembre 2017 s’est tenue la 22e édition des Prix de la Fondation ManpowerGroup et HEC Paris. Les six œuvres exigeantes sélectionnées cette année avaient pour point commun d’être profondément ancrées dans les thématiques contemporaines, tout en ouvrant sur les grands enjeux sociétaux de demain. Après délibérations, le jury a dévoilé le nom des ouvrages primés.

Le palmarès de la 22e édition des Prix de la Fondation ManpowerGroup et HEC Paris, dévoilé le 20 novembre 2017, distingue des ouvrages aux tonalités résolument différentes… presque aux antipodes. 134 ouvrages avaient été présentés, 24 présélectionnés, pour seulement 6 finalistes ! Pour Christian Boghos, Directeur Général Communication, Marketing stratégique et Influence et Président de la Fondation ManpowerGroup et Philippe Oster, Directeur de la Communication de HEC Paris, qui ont ouvert la soirée, cette édition promeut la prospective et le changement.

D’un côté, il est question de renouer avec le plaisir et la motivation au travail, en cassant les codes ; de l’autre, d’anticiper les conséquences sur l’humanité d’un monde entièrement contrôlée par les robots. Dans les deux cas, les auteurs primés cette année interrogent notre société et les profondes mutations qui la transfigurent. Plongée au cœur de ces ouvrages qui ont séduit le grand jury et les élèves de HEC Paris.

 

 

Grand Prix de la Fondation ManpowerGroup-HEC Paris "Agir pour demain" et Prix de la Fondation ManpowerGroup-Elèves HEC "Agir pour demain" : « La Chute de l’Empire humain », de Charles-Edouard Bouée, en collaboration avec François Roche (Grasset, 2017)

« La Chute de l’Empire humain » récolte cette année deux prix ! L’ouvrage signé par Charles-Edouard Bouée, Président-directeur général de Roland Berger, en collaboration avec François Roche, ancien directeur de la rédaction de La Tribune et de L’Expansion, a été récompensé par le Grand Prix de la Fondation ManpowerGroup-HEC Paris "Agir pour demain" mais aussi par le Prix de la Fondation ManpowerGroup-Elèves HEC "Agir pour demain".

Le narrateur de cette œuvre n’est autre qu’un « robot intelligent », Lucie, qui retrace, au travers de ses mémoires, la trajectoire de l’intelligence artificielle dans l’histoire de l’humanité : la première partie se déroule de 1957 à 2016 tandis que la seconde projette le lecteur jusqu’en 2038.

Dans cette vision, les auteurs anticipent plusieurs moments clés, que sont la convergence de l’intelligence artificielle et de la robotique, l’accession des robots à la « singularité », c’est-à-dire la prise de conscience d’eux-mêmes, mais aussi la possibilité offerte à l’humanité d’atteindre l’immortalité… au prix de la liberté.

Le récit explore l’ambivalence de notre société face au développement de l’intelligence artificielle et des robots. Entre promesses d’un monde optimisé et crainte d’un remplacement de l’homme par les machines, les progrès technologiques préfigurent dans tous les cas un univers nouveau où l’être humain devra trouver sa place.

Une grande question, adressée autant au pouvoir politique qu’à l’opinion publique, sert de fil rouge au récit : l’intelligence artificielle est-elle après la bombe atomique, la deuxième arme absolue inventée par l’homme ?

Sur scène, Charles-Edouard Bouée a fait part de son optimisme quant aux possibilités ouvertes par l'intelligence artificielle et a appelé chacun à prendre possession de son futur.

 

Grand Prix de la Fondation ManpowerGroup-HEC Paris "Agir différemment" et Prix de la Fondation ManpowerGroup-Elèves HEC "Agir différemment" : « Makestorming », de Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere (Diateino, 2016)

Les auteures Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere ont été récompensées par deux prix. Leur ouvrage « Makestorming » a retenu l’attention du jury de cette 22e édition et a reçu le Grand Prix de la Fondation ManpowerGroup-HEC Paris "Agir différemment" ainsi que le Prix de la Fondation ManpowerGroup-Elèves HEC "Agir différemment".

Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere, toutes deux expertes du numérique, ont fondé en 2009 leur société de conseil nod-A. Leur ouvrage s’apparente à un petit manuel du Corporate Hacking, un mouvement qui appelle chacun à s’adonner à la rébellion constructive en entreprise pour renouer avec la motivation, l’efficacité et même… le plaisir au travail.

Sur scène, le duo a partagé son émotion et sa fierté, se disant honorées d'avoir retenu l'attention de la nouvelle génération, via le Prix remis par les élèves de HEC, et d'une grande entreprise telle que ManpowerGroup. « Cela prouve que les choses sont en mouvement et que les entreprises sont prêtes pour le changement », a souligné Marie-Noéline VIguié.

Leur recette ? Adopter le « makestorming », une approche qui propose de « hacker » les grandes organisations pour y viraliser les pratiques du monde startup. Le « makestorming » se présente comme un concentré de bonnes pratiques empruntées aux méthodes agiles, au design, au digital. L’ouvrage se veut surtout concret, avec des exemples, des conseils pratiques et des études de cas.

Permettre aux grandes organisations de se défaire des systèmes fermés, organisés en silos ou plombés par des effets de hiérarchie trop rigides, c’est tout l’objectif des deux auteures. Selon Marie-Noéline Viguié et Stéphanie Bacquere, la démarche permet rapidement des résultats très concrets sur les projets « makestormés ».

A moyen terme, les équipes sont remotivées et gagnent en autonomie et en responsabilité. En bout de chaîne, il est possible d’entrevoir la transformation de l’entreprise en une plateforme culturellement collaborative et dynamique.

 

Les membres du jury

Pour cette 22e édition des Prix littéraires de la Fondation ManpowerGroup-HEC Paris, un jury de cinq personnalités a été constitué :

Cette année, le jury avait également présélectionné les ouvrages suivants : « Innover à l'envers », de Christian Midler, Bernard Jullien et Yannick Lung (Dunod, 2017) ; « L’art de la guerre digitale », de Caroline Faillet (Dunod, 2017) ; « Blockchain », de Laurent Leloup (Eyrolles, 2017) ; et « La révolution transhumaniste », de Luc Ferry (Plon, 2016).

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !