Publié le 22 janvier 2019

Créativité, empathie, capacité à résoudre des problèmes complexes ou encore intelligence émotionnelle : ces compétences humaines sont activement recherchées par les employeurs. Tous les métiers et tous les secteurs sont concernés. Pour les entreprises, c’est un défi de taille car on ne détecte pas les soft skills comme on évalue les compétences techniques. Comment la technologie et l’innovation peuvent-elles y concourir ?

Viva Technology est de retour ! Cette 4e édition, qui se tiendra du 16 au 18 mai 2019, promet d’accueillir toujours plus de startups, d’innovations et de visiteurs. Pour ManpowerGroup, partenaire de ce salon international depuis sa création, c’est l’occasion, cette année encore, de lancer des défis à l’écosystème RH. Jeunes pousses et entrepreneurs ambitieux, si vous avez une solution innovante pour développer, détecter ou évaluer les compétences comportementales, ce challenge est pour vous !

  • Quelle technologie pour détecter et fidéliser les talents dont les compétences humaines contribuent au développement de l’activité ?
  • Quels outils innovants mettre en place pour évaluer et développer les « soft skills » qui soutiennent la performance des organisations ?
  • Comment associer au mieux les compétences humaines au sein des équipes ?
  • Comment aider les entreprises à anticiper précisément leurs besoins en matière de compétences comportementales ?

Vous avez développé une offre ou un produit innovant permettant de répondre à ces questions ? Rendez-vous sur le site dédié pour nous présenter l’originalité et les atouts de votre solution. Si vous êtes sélectionnés, vous viendrez présenter votre startup sur le Lab ManpowerGroup à Viva Technology 2019 pour tenter de remporter ce challenge. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 février 2019.

Pour Gwenaëlle de la Roche, Directrice Marketing & Prospective, Head of Eclaireur Office (Cellule Innovation de ManpowerGroup), « disposer des softs skills alignées avec sa culture et valeurs d’entreprise est devenu fondamental, car à l’ère de l’automatisation et de la robotisation, c’est bien la complémentarité entre les compétences humaines et celles des machines qui constitue la valeur ajoutée d’une organisation. Pour les professionnels RH, c’est un défi de taille : on ne détecte pas les compétences comportementales comme on évalue les compétences techniques ! Cela exige de revoir en profondeur nos façons d’aborder le recrutement : nous recherchons des startups en capacité d’accompagner ce changement de paradigme et d’aider les employeurs à identifier les talents dont ils ont besoin pour piloter la transformation de leur modèle ».

Alors que l’intelligence artificielle et l’automatisation transforment déjà un grand nombre de secteurs économiques et une variété de métiers, jamais les compétences « humaines » n’avaient eu autant de valeur sur le marché du travail. Selon une étude menée dans 42 pays par ManpowerGroup, les entreprises recherchent désormais prioritairement des compétences comportementales, car les « soft skills » permettent un meilleur usage des nouvelles technologies. Ainsi, 80% des entreprises qui prévoient d’augmenter leurs effectifs IT déclarent que la communication est la compétence la plus appréciée !

 

Parmi les compétences particulièrement recherchées, on retrouve également la créativité, l’organisation, l’empathie, la capacité à résoudre des problèmes complexes ou encore à collaborer. Selon le sociologue et Directeur de recherche au CNRS Olivier Galland, plusieurs études attestent même que ces compétences sont parfois plus déterminantes que les compétences cognitives dans la réussite et l’insertion professionnelle. D’où l’importance, pour les entreprises, de pouvoir les détecter et les évaluer, mais aussi de savoir les développer et les conserver au sein de leurs effectifs !

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !