Publié le 11 décembre 2018

BAROMETRE. Après un ralentissement au quatrième trimestre lié à la baisse des prévisions de croissance de l’économie française, les intentions d’embauche en France progressent de nouveau. Un regain d’optimisme modéré pour le début de l’année 2019 qui semble directement imputable à la stabilisation annoncée de la croissance française. Les perspectives d’embauche sont toutefois contrastées selon les secteurs et les régions, avec un rebond particulièrement remarquable dans le secteur des transports.

Avec une croissance que les économistes anticipent en 2019 se maintenir au même niveau qu’en 2018 en France, les chefs d’entreprise interrogés par ManpowerGroup annoncent des intentions d’embauche positives pour les trois premiers mois de l’année. La prévision nette d’emploi, corrigée des variations saisonnières, atteint +4%, en hausse de 2 points par rapport au trimestre précédent. D’une année sur l’autre, la progression est également de 2 points.

Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France, estime que la stabilisation annoncée de la croissance française explique cet optimisme sensible, bien que mesuré :

« Ce baromètre reflète l’évolution de l’économie française. La croissance, même ralentie, reste présente, et devrait s’établir à un niveau comparable à celui de 2018. Les chefs d’entreprise l’ont intégré dans leurs prévisions d’embauche, en anticipant une activité qui continuera à croître à un rythme régulier. »

 

La région Île-de-France reprend des couleurs

Après un quatrième trimestre 2018 particulièrement morose, les chefs d’entreprise franciliens renouent avec l’optimisme : les intentions d’embauche s’établissent à +2%, soit 6 points de mieux qu’au trimestre précédent. Dans le sud de la France, le climat reste favorable à l’embauche, avec une progression de 2 points des perspectives d’emploi en comparaison trimestrielle et de 6 points en comparaison annuelle.

Les employeurs de toutes les régions françaises affichent des intentions d’embauche positives pour le 1er trimestre 2019, bien que relativement modestes : elles s’établissent entre +2% pour le Centre Ouest, le Centre Est et l’Île-de-France et +7% pour la région Sud. Dans la région Nord, elles progressent d’un point par rapport au trimestre précédent et de 3 points en comparaison annuelle, pour atteindre +5%.

Le secteur du transport anticipe un début d’année dynamique

Comme au trimestre précédent, sur 10 secteurs étudiés, 7 comptent augmenter leurs effectifs. Le secteur du transport et de la logistique renoue avec un optimisme solide, plus vu depuis 2 ans : les intentions d’embauche bondissent de 17 points par rapport au trimestre précédent et de 24 points en comparaison annuelle. Le rythme des embauches devrait donc s’intensifier significativement, avec un solde net de prévision d’emploi à +16% pour le 1er trimestre 2019. En progression de 4 points par rapport au trimestre précédent, le secteur de la finance reste également orienté positivement, avec des intentions d’embauche mesurées à +8% pour le premier trimestre 2019.

Malgré des intentions d’embauche qui restent positives à +3%, le secteur de la construction accuse un net ralentissement : en comparaison trimestrielle, le recul observé est de 4 points, et de 5 points en comparaison annuelle. L’optimisme constaté au précédent trimestre dans le secteur de l’énergie (électricité, gaz et eau) connaît également un fléchissement significatif : avec des intentions d’embauche mesurées à –1% pour le 1er trimestre 2019, le recul atteint les 10 points en comparaison trimestrielle.

Optimistes, les moyennes entreprises se démarquent

Dans les quatre catégories d’entreprises étudiées, les employeurs prévoient de renforcer leurs effectifs dans la période allant de janvier à mars 2019. Toutefois, toutes les entreprises françaises ne font pas état du même niveau d’optimisme. Quand les prévisions d’embauche des micro-entreprises progressent d’un point par rapport au trimestre précédent, pour s’établir à +2%, celles des moyennes entreprises s’élèvent à +19%, soit 6 points de plus qu’au 4e trimestre 2018.

Dans les grandes entreprises, où les prévisions d’embauche restent positives (+8%), on observe une baisse de 11 points sur un an. Enfin, la tendance est orientée à la baisse dans les petites entreprises : les intentions d’embauche sont en recul d’un point en comparaison trimestrielle et de 2 points en comparaison annuelle.

Perspectives aux antipodes entre le Japon et la Suisse

Les intentions d’embauche pour le premier trimestre 2019 progressent dans la moitié des pays et territoires couverts par le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi. Le Japon arrive en tête du classement pour la 3e édition consécutive : les intentions d’embauche y progressent d’un point par rapport au trimestre précédent, à +27%. A Taïwan, les employeurs font état d’un optimiste comparable, avec des perspectives d’emploi à 21%, en baisse de 4 points par rapport au premier trimestre 2018. Le trio de tête est complété par les États-Unis, où les perspectives d’emploi s’établissent à 20% pour les premiers mois de l’année 2019.

Dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), ce sont les employeurs slovènes qui rapportent les intentions d’embauche les plus optimistes, à +19%, en progression de 6 points sur un an. Si les perspectives d’emploi sont positives dans l’ensemble des 26 pays de la région, les employeurs suisses, espagnols et italiens restent prudents, avec des intentions d’embauche tout juste positives.

-*-

Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi pour le 2e trimestre 2019. Publication des résultats : 12 mars 2019. 

 

 

Ressources

 

A propos de l'étude :

Le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi pour le 1er trimestre 2019 a été réalisé dans 44 pays et territoires, entre le le 17 et le 30 octobre 2018, auprès de plus de 59 000 employeurs issus d’entreprises privées et d’organismes publics, dont 1 000 employeurs en France. L’étude analyse les données obtenues en réponse à une unique question : « Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu’à fin mars 2019, par rapport au trimestre actuel ? »

Le chiffre de « prévision nette d’emploi » utilisé dans ce Baromètre est le résultat de la soustraction entre le pourcentage d'employeurs anticipant une hausse de leurs effectifs et le pourcentage d’employeurs anticipant une baisse. Il s’agit donc d’un solde net – pouvant être positif ou négatif – de perspectives d’emploi.

Les données sont corrigées des variations saisonnières afin de refléter au mieux la réalité des perspectives. Ces corrections permettent d’analyser les données en lissant l’impact des fluctuations saisonnières, qui se reproduisent normalement aux mêmes périodes chaque année. Les données ainsi corrigées sont donc plus représentatives sur le long terme. Précisons que les chiffres pour le Portugal ne sont pas corrigés des variations saisonnières.

Créé il y a plus de 50 ans, le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi est élaboré chaque trimestre, sur la base d'un échantillon représentatif d'employeurs non issus du fichier des clients de ManpowerGroup.

- * -

Contact Presse

Marie Elissalde / 06 28 74 50 95 / 01 57 66 14 43

marie.elissalde@manpower.fr

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !