Publié le 19 avril 2012

« Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »

L'appel à la confiance de René Char semble plus que jamais d'actualité. Car si les diplômes, la formation professionnelle, et le réseau sont essentiels pour réussir sa carrière, la chance a aussi un rôle à jouer dans un parcours professionnel. C’est en tous cas ce que pensent 84% des personnes interrogées par le réseau professionnel LinkedIn dans le cadre d’une étude réalisée dans 15 pays.

Les Français se montrent particulièrement conscients de l'importance de ce facteur : ils sont 53% à estimer avoir "plus de chance" que d'autres, se plaçant ainsi au 4ème rang des pays dans lesquels les salariés se disent "chanceux".  S'il reste à savoir ce que l'on entend par "chance" dans les différentes cultures, ces propos évoquent certains éléments de "La Machine à  trier"...

La flexibilité, tremplin vers la réussite

Comment provoquer cette chance pour réussir ?  Pour 2/3 des Français interrogés, il faut avant tout faire preuve d'une grande capacité d’adaptation.

souplesse

En effet, les attitudes et aptitudes qui contribuent le plus, selon eux, à attirer la chance dans une carrière sont :

  • « être flexible » (65% des réponses) ;
  • « savoir exploiter les opportunités » (64%).

On remarque aussi que, dans le top 5 des facteurs de réussite, on trouve la capacité à "apprendre de ses erreurs" (41% des réponses).

Pénurie de talents dans les PME : une chance à ne pas manquer

Parmi ces opportunités à ne pas manquer, les PME : elles ont créé plus de 80% des emplois de ces 20 dernières années et 25 % d'entre elles envisagent d'accroître leurs effectifs dans les mois qui viennent. Ce serait une erreur de les négliger, d'autant que la pénurie de talents ne les épargne pas : "les PME, traditionnelles ou innovantes, peinent à attirer les talents" selon Rose-Marie Ponsot, vice-présidente de Syntec conseil en recrutement.

Les PME ne manquent pourtant pas d'atouts, tels que "faire partie intégrante de la société, bénéficier d'autonomie, accéder à une responsabilité beaucoup plus large que dans un grand groupe, pouvoir mesurer clairement les résultats de ses actions opérationnelles...".

Les PME chassent sur les terres des jeunes : les réseaux sociaux

Face à cette pénurie qui les frappe, les PME ne manquent pas d'idées et d'actions pour améliorer leur attractiviténotamment en "chassant sur les terres" des jeunes diplômés - c'est-à-dire les réseaux sociaux.

Social Networks - livre

 

>>> Lire le communiqué de LinkedIn

 

> Visuels utilisés pour ce billet

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !