Publié le 27 janvier 2012

Le documentaire « Solutions locales pour un désordre global », de Colline Serreau, mettait en lumière des micro-réponses trouvées, dans différents territoires, à la dégradation mondiale de l’environnement. Une mise en images du « Think Global, Act local », le mot d’ordre du Forum Social Mondial de Porto Alegre - le contre-Davos. Il se trouve qu’à Davos aussi, pour répondre à la « Grande Transformation », les leaders mondiaux soulignent l’importance du local.

Les champions mondiaux sont des leaders locaux

« Les champions mondiaux sont des leaders locaux » ("The Best Global Leaders are Local leaders"), affirme ainsi un Ndubuisi Ekekwe, fondateur de l’African Institution of Technology, dans un article de la Harvard Business Review qui montre que la connaissance des spécificités locales est un atout fort pour réussir sur des marchés étrangers.

Google.ng

Google.ng - Cliquez sur l'image pour agrandir

Si Google réussit à se développer en Afrique, par exemple, ce serait parce qu’avec des équipes majoritairement composées de locaux, leurs partenaires, clients ou sous-traitant ont le sentiment d’avoir affaire à une entreprise locale. Et alors que Google publie des informations locales via des domaines propres à chaque pays, Yahoo! News continue de publier les actualités américaines. Le glas du modèle des “expats” sonnerait.

Les régions ne sont pas égales face au chômage

En matière d’emploi et de chômage aussi, l’échelon local – les « bassins d’emploi » - est déterminant. Marc Landré, dans le Figaro, soulignait que les régions ne sont pas égales face au chômage.

Des disparités qui ne sont pas nouvelles et qui s’expliquent avant tout par la diversité des profils socio-économiques des territoires : la sidérurgie et les nano-technologies, par exemple, ne connaissent pas exactement les mêmes dynamiques.

Evolution du nombre de demandeurs d'emploi dans les régions françaises sur un an

Carte : le Figaro

Territorialiser la politique de l'emploi, une nécessité

Ce qui semble assez nouveau, en revanche, c’est qu’une réflexion et des actions s’engagent sur la nécessité d’accentuer et d’améliorer la territorialisation de la politique de l’emploi. Un rapport sur la "stratégie de territorialisation" de Pôle emploi invitait notamment le service public à procéder à une véritable révolution culturelle pour – c’est l’objectif affiché - "apporter des réponses adaptées à la diversité des réalités locales."

Sans forcément augmenter les moyens de Pôle emploi, il s’agirait, de développer « tous azimuts » des partenariats au niveau local. Pour ce faire, il faudrait notamment renforcer l'autonomie des directions régionales maintenant que la centralisation, « un peu inévitable avec la fusion » n’est plus nécessaire. Des objectifs repris dans la nouvelle feuille de route visant à renforcer l’ancrage territorial du service public de l’emploi.

"Les compétences se construisent en permanence dans les sociétés locales"

Une évolution logique car « l’emploi est intrinsèquement ancré dans le territoire », soulignait Thierry Le Paon, président du groupe CGT au Conseil économique, social et environnemental (CESE) lors d’un colloque organisé par Sémaphores sur le « développement concerté » de l’emploi et des compétences dans les territoires. En effet, quand un site industriel ferme, ce sont avant tout les salariés sur un bassin d’emploi donné qui souffrent. Quand une entreprise s’installe sur un territoire, elle se mettra en premier lieu en relation avec les compétences en présence pour embaucher.

Economie globale et réinvention du localDéjà, en 1995, Michel SAVY et Pierre VELTZ parlaient de « réinvention du local » dans « l’économie globale » :

« En se mondialisant et en se globalisant, l'économie […] ne devient pas indifférente aux ancrages locaux : les ressources essentielles qui guident la localisation des activités sont désormais immatérielles, attachées d'abord au tissu humain et social, à la densité des coopérations, à la qualité des compétences. Ces ressources, loin d'être des dotations figées, se construisent en permanence au cœur des sociétés locales… »

Clé de l’emploi et de la compétitivité, les compétences se créent et deviennent obsolètes, elles se construisent. On comprend donc que leur développement dans les territoires soit devenu un enjeu majeur, dont l’importance s’accroît avec la persistance de difficultés de recrutement et de l’inadéquation entre besoins des entreprises et compétences disponibles alors que le chômage bat des records.

"Le lien entre entreprise et territoire ne va pas de soi"

Le développement d’une vision territoriale de l’emploi et des compétences est loin d’être évident : au colloque Sémaphores, Jean-Christophe Sciberras, DRH France du groupe Rhodia et président de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), admettait ainsi  que "le lien entre entreprise et territoire ne va pas de soi. […] Les salariés éprouvent des difficultés à être naturellement mobiles d’un point de vue professionnel. Cet état de fait impose donc aux entreprises de s’intéresser aux territoires où elles évoluent." Et vice-versa, pourrait-on dire.

 

> Image à la Une de ce billet :

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !