Publié le 6 mai 2013

Bientôt généralisé en Île-de-France, le dispositif "Pass' Compétences" est simple : "proposer des détachements longue durée de seniors experts de grands groupes dans des PME",résume l'Actualité de la formation. Ces cadres expérimentés, au salaire cofinancé par la grande entreprise, la PME d'accueil et le Fonds Social Européen, viennent apporter leurs compétences sur la base du volontariat et pour une période prédéfinie.

La transmission des compétences : un double enjeu de croissance et d'emploi

"Les PME en croissance peinent à recruter des compétences pointues", alerte en effet le pôle de compétitivité Systematic, qui a élaboré avec l'Agence régionale de développement le Pass'Compétences, piloté en association avec plusieurs grandes entreprises. C'est le cas de Céleste, PME qui a profité du détachement d'un cadre d'Alcatel-Lucent : spécialisée dans la fibre optique et en pleine croissance, l'entreprise faisait face "à une problématique de recrutement dans un secteur où les ressources sont rares".

Le "pass" représente une solution originale à la question de la transmission des compétences très spécialisées, enjeu vital pour la PME et problématique aussi connue par des grands groupes comme Total, qui, pour ne pas fermer des usines, trouve une alternative dans le tutorat. Transmettre les compétences pour grandir voire se sauver : l'enjeu concerne l'ensemble de notre économie.

Du côté de l'entreprise qui "détache" son cadre, on voit avant tout le pass comme une initiative pour l'emploi des seniors, alors qu'à l'échelle nationale, l'OCDE a récemment adressé un "peut mieux faire" à la France sur cette question. "Le Pass’ Compétences est une bonne alternative pour faire face à l’allongement du temps de travail et pour répondre à la question que pose la dernière partie de carrière", note Jérôme Le Mouel, directeur des Affaires Sociales d'Alcatel-Lucent.

Taux d’emploi des 60-64 ans : la France à la traîne. Cliquer pour l'analyse.

Contre les difficultés de recrutement, penser "écosystème"

De plus en plus à la recherche de compétences transversales - phénomène visible dans l'industrie avec la forte croissance de l'emploi des "cols gris" -, les PME cherchent à profiter de la dynamique offerte par leur écosystème : "les grands groupes ont une offre de compétences larges qui peuvent concerner des compétences transversales (compétences génériques mobilisables dans diverses situations professionnelles)", commente Jean-François Houée, directeur général du cabinet Géris (Thalès), qui a utilité le dispositif.

Et la question n'est pas anodine : à l'échelle locale, les PME sont souvent identifiées comme la pièce-maîtresse du tissu économique. A la fois premiers employeurs et moteurs d'innovation et de compétitivité, elles connaissent pourtant des difficultés à grandir - 3 entreprises françaises sur 10 ont moins de 20 salariés. La logique territoriale, en encourageant les synergies entre acteurs et en concentrant les forces, notamment autour des pôles de compétitivité, favorise des dynamiques de croissance et d'emploi : en termes d'innovation, de recrutement des compétences adéquates ou de maintien dans l'emploi, les démarches pluri-acteurs n'ont pas fini de remporter quelques succès.

> Image de "une" issue du flickstream de Chris Blakeley
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !