Publié le 24 avril 2013

Au moment où il révélait "où est le travail" aux Etats-Unis actuellement, Manpower USA livrait récemment une analyse des transformations de l'industrie dont les enseignements valent sur les deux rives de l'Atlantique. Il apparaît que, plus que jamais, c'est le talent humain qui fait et fera la différence93% des managers de l'industrie américaine estiment que "les compétences des salariés de l'industrie seront un facteur-clé pour le retour de l'industrie américaine [sur le devant de la scène]."

Des opportunités pour ceux qui sauront devenir les perles rares

La "guerre des talents" est bel et bien ouverte, et avec elle des opportunités  pour celles et ceux qui sauront tirer parti des transformations en cours. Car, forcés de trouver de forts leviers de croissance dans un contexte toujours plus concurrentiel, certains secteurs cherchent "des facteurs parfaits", entendre des perles rares. Décryptage de Jeffrey Joerres, PDG de ManpowerGroup : "Les salariés possédant les bonnes connaissances et les bonnes compétences pour travailler dans ces industries devront être dans les short-lists". Ces talents nouvelle génération que les industries s'arrachent sont les "cols gris". Manpower présente leurs caractéristiques en infographie.

Oublions ce que nous savons sur l'industrie : à nouvelles technologies, nouveaux talents

New technologies impacting manufacturing jobs

Aujourd'hui, les principales pourvoyeuses d'emploi industriel, ce sont les "industries interconnectées", mêlant ingénierie, production manufacturière et construction. Leurs métiers, et donc leur recrutement, sont en train de muter sous l'effet du progrès technologique : robotique industrielle à grande échelle, nouvelles machines à outil à commande numérique, cellules de production issues du lean manufacturing, etc.

"Les compétences fonctionnelles et les connaissances multisectorielles, qui traversent les cœurs de métier, sont déterminantes aujourd'hui", précise le vice-président de ManpowerGroup Jonas Prising. Faisant face à une pénurie de talents et une accélération des mutations de ses métiers, l'industrie s'adapte et cherche des profils qui, eux aussi savent s'adapter. On retrouve ici les fameuses "compétences transversales" que le Centre d'analyse stratégique français à identifiées comme de puissants levier de mobilité professionnelle ascendante.

Cols bleus, cols blancs : repassez

White and blue collars

"Les employés doivent pouvoir passer sans heurt du terrain aux bureaux de management, où des décisions immédiates se prennent pour améliorer les process, les services et les produits", précise Jonas Prising. Sur les short-lists, pas de cols bleus, purement exécutants, ni de cols blancs, purement managers  : oubliez les cloisonnements, place au transversal.

Démarquez-vous, devenez col gris !

Ces emplois, bonne opportunité pour faire sortir les geeks de la technique pure et les managers de leurs bureaux, sont de plus en plus présents dans nos économies : de 2002 à 2018, l'emploi des mécaniciens industriels bondira de près de 25%. Et 92% des managers américains considèrent déjà ces mécaniciens et autres employés de l'industrie comme des "ouvriers de la connaissance" (knowledge workers). Ces "cols gris" combinent les compétences des cols bleus et blancs  :

Les compétences des cols gris

Prochaine étape : la prolifération des programmes de développement des compétences transversales, jusqu'ici embryonnaire. En attendant, l'infographie révèle que l'avènement des cols gris concerne tous les niveaux de compétences, qu'on soit diplômé du supérieur ou non - la formation continue peut alors jouer un grand rôle, comme dans le Pacte Pen Breizh. Démarquez-vous, devenez cols gris !

Infographie-Manpower_Les cols gris de l'industrie

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !