Publié le 13 juin 2012

Le Livre blanc « Vers le télétravail 2.0 » montre que nombre d’entreprises sont loin d’avoir intégré la nouvelle donne technologique dans leur organisation : elles sont encore minoritaires à développer une stratégie de mobilité et la plupart refusent le « Bring Your Own Device » (BYOD) pourtant souhaité par des salariés désireux d'utiliser leurs appareils nomades personnels au travail. Par ailleurs, trois infographies permettent de mieux saisir les enjeux de la mobilité technologique et les problématiques du BYOD dans les organisations.

Global-mobile-traffic_CiscoLe Visual Networking Index de Cisco révèle que, dans le monde, près de 19 milliards d’appareils seront connectés à Internet d’ici 2016 : cela signifie que chaque individu disposera en moyenne de 2,5 connexions. A cet horizon, le trafic sur le web serait quadruplé sous l’effet combiné de l’accélération des débits, des progrès des technologies mobiles, de leur démocratisation et, aussi, de la forte augmentation de leur utilisation professionnelle : 2,3 milliards d’individus, soit un tiers de la planète, utiliseront Internet pour leur travail d’ici 2016. Ces chiffres donnent le vertige et annoncent assurément des changements majeurs au travail.

Précisément, l’Observatoire de l'informatique et des télécoms au service des nouvelles organisations du Travail analyse les bouleversements des repères du travail par les technologies. Intitulé « Vers le télétravail 2.0 », son nouveau Livre blanc analyse les risques et opportunités. Son message : les nouveaux usages technologiques seront le vecteur de l’épanouissement et de la productivité des salariés si les entreprises mettent en place des politiques adaptées à cette nouvelle norme technologique.

En France, les nouvelles technologies au travail sont devenues une réalité quotidienne :

  • les outils informatiques sont déjà au cœur du travail : ils sont le support de plus des trois quarts de l’activité professionnelle de 58% des salariés français ;
  • les appareils mobiles ont le vent en poupe : en 2011, autant de PC portables que de PC fixes ont été vendus dans les entreprises ; la même année, les ventes de smartphones et de tablettes se sont envolées (respectivement 14 millions et 1,8 million d’unités vendues).

Les nouvelles technologies font irruption dans tous les emplois et fondent les nouvelles exigences des salariés

Technologies au travail - Variété utilisateurs

Cette nouvelle donne couvre des utilisations professionnelles extrêmement variées : maintenance technique certes, mais aussi administration, comptabilité et finance, commerce et vente, logistique, management…

Sous réserve de la confiance des employeurs, ce foisonnement de l’utilisation de technologies « nomades » permet une mobilité qui sert l’autonomie des individus : d’après le Livre blanc, c’est parce que ces outils rendent possible la souplesse horaire - et, plus largement, une organisation individualisée du travail non contrainte par le « temps » et le « lieu » - que les salariés tendent à exprimer de nouvelles attentes, fortes, en la matière.

Un développement chaotique du télétravail

Temps de travail - répartitionLe développement du télétravail, soutenu par l’arrivée dans les entreprises des « digital natives » de la Génération Y, est typique de ces évolutions. S’il avance moins vite en France que dans d’autres pays, il s’installe dans les mœurs : dans notre pays, près de deux tiers des entreprises françaises abattent déjà les frontières spatio-temporelles du travail en recourant au travail à distance.

Malgré son importance croissante, cette pratique n'est pourtant organisée que dans 44% des entreprises, constate le Livre blanc.

Livre Blanc Tech&Travail - Teletravail_Non-formalisé

La saturation guette

Les dangers de ce « chaos », liés à l’irruption du travail dans la vie privée et au risque de « saturation », étaient déjà largement pointés par un rapport du Centre d’analyse stratégique :

Mobiles et travail hors travail

  • le travail déborde sur les loisirs pour deux salariés sur trois ;
  • « always on » et « work-snacking » : un nombre croissant d’individus ne déconnectent jamais, pas même pour déjeuner ;
  • 3 salariés sur 4 possédant un smartphone travaillent le week-end, 73% pendant leurs congés.

Face à la perspective d’une saturation, le Livre blanc estime que les entreprises ne peuvent plus se permettre de croire à l’auto-régulation. D’autant que ces risques ne concernent pas que le recul de la vie privée des salariés : les employeurs aussi pourraient être mis en difficulté, pour non-respect des durées légales de travail par exemple.

Bring Your Own Device : la guerre de la sécurité aura-t-elle lieu ?

L’étude souligne aussi l‘émergence d’une nouvelle problématique, issue de la généralisation de l’usage des technologies : le « bring your own device » (BYOD), qui voit des salariés utiliser au travail leurs appareils personnels. Si le risque d’une fracture numérique entre les salariés - en fonction de la qualité de leur équipement personnel – est pointé, le rapport montre surtout que deux positions s’affrontent : des DSI qui veulent protéger les standards d’une part, des salariés qui veulent pouvoir utiliser l’outil de leur choix d’autre part.

BYOD - Position DSI

Comme ce nouvel usage est source de complexité pour les entreprises, en particulier en termes de sécurité des données, les DSI réagissent principalement par l’interdiction : deux tiers d’entre eux refusent l'accès au système d’information pour tous les outils mobiles, et 9 sur 10 interdisent l’accès via des tablettes.

Mobiles et travail hors bureauMais les salariés ne respectent généralement pas cette interdiction : parce qu'ils trouvent souvent leurs propres appareils « plus ergonomiques et plus flexibles que ceux fournis par leur entreprise », parce qu’ils y sont habitués, parce que ce « poly-usage » leur simplifient la vie (en permettant par exemple une fusion des agendas personnel et professionnel sur le même outil), plus de la moitié des salariés utilisent d’ores et déjà leurs outils personnels pour se connecter au système informatique de leur entreprise – même si cette dernière y est réfractaire.

Des entreprises insuffisamment proactives, qui passent à côté des enjeux d’organisation et de productivité de la mobilité

Mobilité-Stratégie entreprise prend pas en compte

D’après les auteurs de l’étude, cette obsession sécuritaire équivaut à négliger l’essentiel : à la question "la stratégie de votre entreprise ou plus particulièrement du service informatique inclue-t-elle ou va-t-elle inclure un volet relatif à la Mobilité?"la majorité des entreprises avouent n'avoir, à ce jour, aucune stratégie.

Le Livre Blanc explique :

« Globalement, les entreprises sont réactives plutôt que proactives dans leur approche de la mobilité. Leurs appréciations des problématiques liées à la mobilité sont très attachées aux sujets de sécurité du SI et de coût mais peu ou pas aux sujets liés à l'organisation, à la productivité et à l'efficacité. »

Alors que les bénéfices de ces nouveaux outils sont potentiellement immenses, il y aurait donc urgence à mettre en place des politiques d’entreprise encadrant et accompagnant leur déploiement. Pour le meilleur de l’épanouissement des salariés.

>>> Télécharger le Livre blanc (pdf).

 

Infographies

La mobilité, une révolution similaire à celle d’Internet

 

Les infographies de ce mercredi montrent l’importance que prend le sujet de la mobilité technologique dans les entreprises - et les services publics comme les hôpitaux. Elles mettent aussi en relief tous les progrès à accomplir dans l’organisation du « Bring Your Own Device ».

La première « infographie », réalisée par Cisco, appuie le constat d’urgence à mieux organiser le BYOD formulé par le Livre blanc « Télétravail 2.0 » :

  • BYOD - Chaos61% des salariés considèrent qu’ils ne sont pas responsables de la protection des informations sur leurs appareils ;
  • 70% avouent outrepasser régulièrement la politique de sécurité informatique de leur entreprise ;
  • 80% des salariés estiment que la politique de leur entreprise en matière de réseaux sociaux et d’utilisation des outils technologiques est dépassée – ou inexistante.

La deuxième infographie élargit la perspective : très complète, elle montre notamment que plus de deux tiers des responsables informatiques et professionnels IT considèrent que la massification de l’usage des appareils nomades bouleversera au moins autant leur activité que l’apparition d’Internet dans les années 90. Elle passe en revue le développement et la diversification des usages professionnels.

EnterprisemobilityinfographicSource : http://visual.ly/enterprise-mobility (via Guillaume Louriais).

Enfin, la dernière infographie, américaine, montre que le phénomène du BYOD est appréhendé bien plus positivement de l’autre côté de l’Atlantique : les trois quarts des entreprises l’autorisent, et 61% pensent que cette permissivité soutient l’épanouissement des salariés au travail.

BYODSource : http://www.xigo.com/images/byod_wide.png

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !