Publié le 18 décembre 2013

Avant de dévoiler quelques-uns des nouveaux visages du recrutement pour 2014 (à suivre sur l'Atelier de l'emploi), ce coup d'oeil dans le rétroviseur : les tendances attendues pour cette année sont-elles déjà arrivées à maturité ?

1- Réseaux sociaux professionnels

Les prévisions de LinkedIn

LinkedIn, qui fêtait cette année ses 10 ans, prêche évidemment pour sa paroisse. Mais plutôt que de quantifier l'émergence des réseaux sociaux professionnels (ou RSP) dans les process de recrutement, le bilan du site californien se contente d'évoquer un bond qualitatif : c'est la "tendance" la plus citée par les professionnels RH, qui estiment que les RSP "ont de plus en plus d'impact sur la qualité du recrutement". Ils restent néanmoins un peu moins qualitatifs que les sites d'agence en ligne, les sites de recrutement ou les agences de recrutement (voir le slideshare en fin d'article).

Les derniers chiffres

Si l'année reste en effet estampillée RSP (et Facebook, lui aussi, devient un réseau social professionnel), une étude, menée en décembre, cette fois par Viadeo (pdf), montre que la tendance n'est encore... qu'une tendance : 25% des actifs "seulement" ont recours à ces plateformes et seuls 8% des recruteurs y embauchent effectivement des candidats.

2- Marque-employeur

Les prévisions de LinkedIn

Défi autant que potentiel avantage concurrentiel, la marque-employeur a un "impact significatif sur la capacité à recruter des talents de qualité" d'après 89% des professionnels RH français interrogés par LinkedIn. En termes de canaux, la tendance n'est pas aux réseaux sociaux (Facebook, Twitter ou Youtube perdent 25% en un an) mais plutôt au site corporate lui-même (+8%, cité par 82% des sondés).

Les derniers chiffres

Nécessité d'attractivité qui fait l'unanimité chez les recruteurs, la marque-employeur n'est-elle pas trop souvent une incantation, voire la proie des "beaux discours" ? LinkedIn montre lui-même qu'un tiers des employeurs ne mesure pas sa marque employeur de manière quantifiable. Par ailleurs, 60% des offres d'emploi publiées sur Internet reçoivent moins de 10 candidatures, et dans le monde, un employeur sur cinq ne met en place aucune stratégie pour parer à ses difficultés à recruter (enquête ManpowerGroup, Pénuries de talents 2013).

3- Données

Les prévisions de LinkedIn

Les données "permettent d'améliorer les décisions de recrutement". Selon LinkedIn, près d'un employeur français sur cinq estime utiliser les datas de manière efficace, à peu près au niveau de la moyenne mondiale.

Les derniers chiffres

Réseaux sociaux et Big Data pour un recrutement innovant : cas d'école

Lire la suite +
Big Data, plutôt pour demain ? McKinsey en fait sa "nouvelle frontière" depuis 2011 et Deloitte, au début de l'année, avançait que "60% des fortunes 1000 ont investi dans les solutions Talent Analytics", mais les RH de la majorité des entreprises se contentent le plus souvent - quand elles en font - de faire "du data tout court".

Selon Teradata (octobre), "26% des entreprises françaises interrogées ont déjà un projet de big data en cours, et 23% projettent d'en avoir un dans les deux années à venir" (en ou dehors des seules RH).

4- Recrutement en interne

Les prévisions de LinkedIn

Selon LinkedIn, la France privilégie deux fois plus qu'ailleurs le recrutement et la mobilité en interne. Avec, avant tout, l'objectif de conserver et développer les talents, les employeurs français étaient plus de 40% à estimer augmenter leur volume de recrutement interne en 2013.

Recrutement best practices

Les derniers chiffres

L'acquisition de talents oscille entre le "buy" (recrutement externe) et le "build" (formation et mobilité internes). Les employeurs se mettent-ils de plus en plus au "build" ? Les Echos notaient en début d'année la "rareté" des processus favorisant la mobilité interne dans les groupes français, mais l'étude Mobicadres de Deloitte rappelle que dans le monde, "70% des dirigeants s’appuient sur de la mobilité interne", malgré une légère baisse en proportion en 2013. D'après une autre étude (mai), 68% des cadres estiment que "rester dans une entreprise est synonyme de stagnation"...

5- Mobile

Les prévisions de LinkedIn

Le mobile est "une nouvelle méthode que les entreprises commencent à utiliser". Seuls 13% des employeurs interrogés avancent "investir de façon adéquate dans le recrutement mobile".

Les derniers chiffres

Dans ce qui semble plus qu'une tendance, notamment chez les intermédiaires (depuis décembre, les offres d'emploi de Viadeo sont disponibles sur mobile), les entreprises dans leur grande majorité n'ont en effet pas encore sauté le pas. Malgré quelques pionniers, comme Carrefour et sa très récente solution 100% mobile, ou plusieurs cas observés dans la banque, "la révolution mobile n'a pas encore eu lieu", analyse le spécialiste en recrutement mobile et social Jean-Christophe Anna. Pourtant, plus de la moitié des mobinautes sont déjà amenés à chercher un emploi sur leur smartphone, et 30% des offres du site Cadremploi sont par exempe déjà consultées via le mobile.

En attendant d'autres tendances, cette fois pour 2014, l'infographie :

Les 5 tendances majeures du recrutement

> Les tendances du recrutement dans le monde en 2013, selon LinkedIn 

> Le slideshare "France" :

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !