Publié le 6 mars 2013

Demain, encore plus qu'aujourd'hui, le marché mondial des talents sera une réalité. C'est ce que montre l’étude Talent mobility: 2020 and beyond de Price Waterhouse Coopers (PwC), qui prévoit une augmentation de 50% de la mobilité des "talents" d’ici 2020. Poussée par les usages et valeurs des nouvelles générations, cette nouvelle donne verra - notamment - la mobilité géographique des femmes doubler. Ces évolutions à venir sont sources de nouveaux risques pour les entreprises, mais aussi d'opportunités.  Si elles veulent maintenir leur attractivité et leur compétitivité, elles devront développer des stratégies de mobilité proactives et flexibles.

Plus intense, plus rapide… en 2020, la mobilité comme vous ne l’avez jamais vue

Avec le progrès technologique, la mobilité va prendre une ampleur inédite : si elle a augmenté de 25% au cours de la décennie précédente, elle devrait croître de 50% d’ici 2020. Les points de connexion se multiplieront de manière fulgurante, les mouvements seront plus rapides et plus fréquents. Aux affectations de 3 à 4 ans à l’étranger - qui sont la norme des nomades aujourd’hui - se substitueront des déplacements « éclairs » de 18 mois. Tout va très vite : aujourd’hui déjà, 20% de la mobilité mondiale consiste en des affectations de court terme, contre 10% il y a 10 ans.

La mobilité de demain sera multiforme : des affectations de court terme à la mobilité virtuelle, ses modalités seront multiples.

La mobilité concernera des populations de plus en plus diverses et nombreuses, qui migreront vers de nouvelles destinations : les profils qualifiés des pays émergents seront très demandés dans leurs propres pays (mobilité intra-nationale), mais aussi à l’étranger (mobilité internationale).

Anticiper dès maintenant la mobilité de demain

Si les entreprises ont saisi que leur croissance à l'international ne peut se faire sans un effort d'attraction des talents, reste à savoir si les Etats suivront. Parce que l'enjeu est de faciliter l'accès des talents aux régions les plus dynamiques, lever les freins à la mobilité doit, selon PwC, être une priorité pour sortir de la crise. En 2011, l'économiste Michael Clemens calculait que le PIB mondial pourrait doubler si toutes les barrières à la libre circulation du travail étaient supprimées. PwC appelle ainsi les Etats à revoir leurs politiques en matière de fiscalité et d’immigration.

Les jeunes ont la mobilité dans le sang ! Près des trois quarts (71%) des natifs de la « génération Z » (nés entre 1995 et 2000) souhaitent connaître une expérience professionnelle à l’international afin de développer leurs compétences. Les entreprises devraient donc préparer dès maintenant des « stratégies de mobilité des talents" (talent mobility strategies) pour soutenir l'attractivité de leur marque employeur. Elles devront se montrer pro-actives, agiles et capables de se réinventer constamment.

Pour relever tous ces défis, les départements RH auront un rôle-clé à jouer : du mapping des besoins en compétences à l’international à la nécessité de bâtir des programmes de mobilité spécifiques à différentes « familles » de métiers - voire personnalisées - en passant par le management et l’évaluation des coûts… ils seront au cœur de ces nouvelles stratégies.

***

l'infographie d'origine

>>> Pour aller plus loin :

  • Consulter l'étude PwC "Talent mobility : 2020 and beyond" dans son intégralité
  • Consulter la vidéo PwC "Talent mobility: Global trends and best practices"
  • Les clés d'une stratégie de mobilité moderne, selon PwC :

creating_modern_mobility_strategy_PwC

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !