Publié le 12 mars 2013

Il neige sur la France, et pourtant : le Baromètre Manpower des perspectives d’emploi a été publié ce matin et, si l’optimisme n’est pas de mise chez tous les employeurs, un certain redoux semble s'annoncer. Globalement stables, leurs prévisions sont positives en données corrigées des variations saisonnières (+1%). Timidement, le redoux semble s'annoncer : les perspectives d'emploi s'améliorent par rapport au trimestre précédent, et ce pour la première fois depuis le troisième trimestre 2011. Au printemps, les locomotives de l'emploi en France seront à l'Ouest et en Île-de-France. Sur le plan sectoriel, l'industrie manufacturière se redresse nettement : elle prévoit une augmentation de 10% de ses effectifs.

Alors que le début de l'année avait commencé froidement et qu'on pouvait craindre une nouvelle dégradation, les indicateurs du Baromètre pour le 2ème trimestre sont globalement stables voire positifs... Même si, à l'échelle internationale, la météo de l'emploi en France - et en Europe - paraît bien maussade.

La France vers la sortie de l'hiver ?

Evolution des prévisions nettes d'emploiLa tendance est surtout à la stabilité, avec une prévision nette d'emplois de 0% pour le 2ème trimestre 2013. Après correction des variations saisonnières, ce solde s'établit à +1% : globalement stables en comparaison trimestrielle ou annuelle, les perspectives sont sur une dynamique positive pour la première fois depuis le 3ème trimestre 2011 - soit 6 semestres.

À la question "Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu’à fin juin 2013, par rapport au trimestre actuel ?", 85% des 1 000 employeurs français interrogés répondent que rien ne bougera. Un certain attentisme récurrent ces derniers temps, mais qui ne représente pas l'ensemble des situations : derrière l'apparente stabilité, 7% des employeurs projettent de recruter quand la même proportion prévoit d'alléger ses effectifs.

L'Île-de-France bourgeonne, l'Ouest repart, quatre régions sur cinq stables ou positives

Prévisions nettes d'emploi en Île-de-France

Les prévisions nettes d'emploi en Île-de-France - Cliquer pour agrandir

Un optimisme de saison ? Alors que trois des cinq régions étudiées n'envisageaient pas de créer d'emplois le trimestre dernier, il n'y a guère plus que le Nord qui affiche pareil pessimisme, avec une prévision de baisse d'effectifs de 3% - dans cette région, les dernières prévisions positives remontent à fin 2011... Les éclaircies à venir sont surtout pour l'Ouest (prévision nette d'emplois à +3%) et l'Île-de-France (+4%). L'Ouest, qui avait connu une année 2012 faste mais subi une chute de 8 points au trimestre précédent, retrouve une dynamique positive et reste une des régions les plus créatrices d'emploi. Le printemps sourira surtout aux franciliens dont la dynamique, constante depuis un an, est la meilleure de France (+ 8 points, sans aucun repli).

L'Est va mieux, le Sud s'enfonce

Au Sud et à l'Est, rien de nouveau ? Dans ces régions, les prévisions sont stables ou très légèrement positives (0 et 1%). Toutefois, cette photographie est trompeuse ; en tendance, l'évolution de ces deux régions est même opposée :

  • Le Sud n'avait pas connu prévision si pessimiste depuis le 1er trimestre 2012, en chute de 9 points sur un an et 4 points sur le trimestre. Effet de "la crise qui vient" et guette les économies locales peu productives?
  • L'Est, particulièrement friable au trimestre dernier, est dans une dynamique positive (+4 points).

Prévisions nettes d'emploi par région

L'industrie manufacturière, seule pousse dans une forêt décimée ?

Prévisions nettes d'emploi pour l'industrie manufacturièreL'emploi serait-il en train de contre-attaquer à l'Est grâce au saisissant rebond de l'industrie manufacturière ? "L'industrie française recrute encore", annonçait fin 2012 L'Usine Nouvelle : le premier trimestre 2013 avait vu ses perspectives plonger dans le négatif mais le Baromètre voit à présent le vent se retourner. L'industrie manufacturière progresse spectaculairement de 15 points, elle devrait voir ses effectifs augmenter de +12%. Cette embellie fait écho à l'optimisme des acteurs de l'industrie aéronautique toulousaine, qui fait figure de modèle en France.

L'arbre qui cache la forêt ? Sur les dix secteurs étudiés, la situation se dégrade pour sept d'entre eux par rapport au trimestre dernier, et même dans huit d'entre eux en comparaison annuelle. Outre l'industrie (sauf minerais et énergie), seuls deux secteurs, les services aux entreprises et les services publics, prévoient des augmentations d'effectifs.

Le commerce et l'hôtellerie-restauration voient leurs prévisions chuter (à -2% et -4%) et poursuivent une dynamique négative : c'est le sixième trimestre consécutif sans perspective positive pour le commerce, et l'hôtellerie-restauration chute de 7 points sur un an. Faut-il voir dans ces difficultés un effet des difficultés de recrutement et de la nouvelle concurrence internationale ?

Enfin, deux secteurs ne connaîtront pas le printemps : les perspectives d'emploi s'avèrent très mauvaises pour la construction (-7% de prévisions nettes) et surtout le transport et la logistique (-16%) : la construction se dégrade de 11 points sur un an et le transport, qui évolue en yo-yo d'un trimestre à l'autre, s'écroule de 18 points par rapport au même trimestre de l'année dernière.

Prévisions nettes d'emploi par secteur d'activité

Déjà l'été indien, mais aussi turc et brésilien

Le printemps français sera plus doux qu'en Europe du Sud, dont les perspectives ne sont guère réjouissantes : Grèce (-6%), Espagne et Italie (-11%) sont les derniers d'une classe où Néerlandais, Belges, Irlandais ou encore Suisses (-2 à 3%) ne connaîtront pas non plus d'embellie. À peine plus de la moitié des pays européens étudiés prévoient des hausses d'effectif, quand c'est le cas de 100% des États américains et des États d'Asie-Pacifique étudiés. Bulgares et Roumains (+12 et +13%), mais surtout Turcs (+28%) sauvent la face d'un bien Vieux continent.

Les Turcs sont les seuls, avec les Indiens (+27%), les Brésiliens et les Taiwanais (+30%) à anticiper des soldes d'emploi à plus de 25%. Cette solide dynamique des pays émergents est à mesurer à l'aune des résultats américains, japonais (+11%), anglais (+6%) ou même australiens (+4%, en chute libre), aux perspectives qui restent respectables. D'une année à l'autre, ces chiffres impressionnants sont toutefois à la baisse pour 5 pays américains sur 8 et 6 asiatiques sur 10 : un printemps décidément bien tiède.

Baromètre T2 - 2013

Cliquer pour télécharger le Baromètre

 

 

 

 

 

>>> Image de "une" issue du flickstream de shine2002

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !