Publié le 19 septembre 2011

"Plus d'un employeur sur deux est convaincu que d'autres entreprises cherchent activement à débaucher ses meilleurs éléments."

C'est l'enseignement majeur d'une étude menée par Right Management (filiale de ManpowerGroup) auprès de plus de 1 400 chefs d'entreprises et responsables de ressources humaines de plus de 700 entreprises dans le monde.

Cette enquête, qui visait en particulier à approfondir le rôle joué par le senior management dans de nombreux domaines du leadership development (développement des compétences managériales) tels que le management des successions et la formation de la prochaine génération de leaders d'entreprises, révèle que 56% des entreprises pensent que d'autres employeurs cherchent à recruter leurs meilleurs éléments. A noter : seules 4% ne sont "pas du tout d'accord" ("strongly disagree"):

"D'autres entreprises cherchent activement à recruter nos leaders :

  • Pas du tout d'accord : 4%
  • Pas d'accord : 11%
  • D'accord : 43%
  • Tout à fait d'accord : 13%
  • Sans opinion : 29%".

Selon la présentation de Right Management,

"Alors qu'une compétition féroce tend à voir se développer la copie de produits, services, processus et stratégies marketing, et tandis que la demande mondiale pour certaines compétences croît, les managers seniors et opérationnels sont en train de réaliser que le talent constitue leur dernière source d'avantage compétitif.

Ainsi, il n'est pas surprenant qu'une guerre des talents mondiale soit en gestation. Aucune organisation, aujourd'hui, n'est à l'abri de cette compétition et des enjeux de la rétention des talents. Les dirigeants et équipes RH se sentent à raison extrêmement vulnérables - beaucoup d'entre eux ressentent un stress certain face à la nécessité de trouver des solutions pour préserver leur leadership."

Autre élément instructif : les managers et responsables RH interrogés ne sont pas forcément satisfaits du développement du leadership dans leur propre entreprise. En effet, 47% expriment des doutes quant à la solidité des compétences de leurs cadres moyens, et  seulement 27% d'entre eux considèrent que leur entreprise dispose, en interne, d'un nombre suffisant de candidats qualifiés capables d'assumer des responsabilités de cadres supérieurs/seniors.

Néanmoins, l'on observe aussi que

"les organisations qui ont mis en place des programmes de développement du leadership tendent à considérer qu'elles disposent du vivier de compétences nécessaires. Les programmes les mieux notés combinaient, en général, plusieurs éléments-clés : évaluation et reporting, coaching et tutorat, formations "formelles" doublées de mises en situation."

 

>>> Lire l'article du blog Talent + Work

>>> Télécharger l'étude (en anglais).

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !