Publié le 19 janvier 2016

ENTRETIEN. La startup Welcome to the Jungle a été repérée par la cellule innovation de ManpowerGroup : «Eclaireur Office» et a rejoint l’open-communauté de 40 startups expertes en ressources humaines, avec lesquelles ManpowerGroup collabore tous les jours.

Lancée en 2014 par Jérémy Clédat et Bertrand Uzeel, la startup Welcome to the Jungle entend faire avancer le recrutement dans le sens de la qualité. Leur mission, faire briller la marque employeur des entreprises pour aider les candidats à trouver celle qui leur correspond vraiment. A contre-courant de la tendance des start-up digitales qui plébiscitent l’algorithmie, pour Jérémy Clédat c’est l’humain qui doit rester au cœur du processus de recrutement.

 

HReview. Comment présenter Welcome to the Jungle à ceux qui ne vous connaissent pas ?

Jérémy Clédat. C’est un média dédié à l’emploi des 20-35 ans. Son ambition est de faire se rencontrer candidats et recruteurs de la manière la plus qualitative possible, sur un sujet fondamental qui est la culture d’entreprise.

Notre mission est de donner aux candidats toutes les informations dont ils ont besoin pour mieux découvrir les entreprises, leurs métiers, leurs collaborateurs… par des photos, des interviews vidéo, des chiffres-clés… Tout ce qui peut vraiment faire en sorte que leur expérience de recherche d’emploi soit la meilleure possible. L’important, c’est que les candidats trouvent vraiment l’entreprise qui leur correspond.

Du côté des recruteurs, notre mission est de leur permettre de gagner fortement en notoriété et en visibilité auprès d’une population de candidats qui est chez nous, très qualifiée. Nous leur simplifions aussi le recrutement pour leur faire gagner du temps : en se montrant aux candidats de manière transparente, elles attirent uniquement ceux qui sont vraiment motivés par l’offre. Ils peuvent aussi gérer de manière très facile les candidatures via un outil que nous leur mettons à disposition.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer Welcome to the Jungle ?

Ce sont deux choses.

Bertrand et moi avons fondé la société il y a un peu plus d’un an maintenant. Côté candidat, tout est parti d’un constat : on avait énormément d’amis qui étaient malheureux dans leur boulot et qui nous disaient qu’ils aimeraient bien en changer. Seulement ils ne savaient pas où chercher, ni où trouver des infos qui soient différentes de simples intitulés de postes. Ce qui les intéressait, c’était de savoir comment fonctionnait réellement l’entreprise de l’intérieur, l’ambiance, le travail au quotidien, les challenges… Tout ce qui fait vraiment la culture de l’entreprise ! On voulait donc professionnaliser ce « bon copain » qui vous donne un bon plan.

Côté entreprise, aujourd’hui, les job boards ne postent presque que des annonces dans lesquelles il est très difficile de donner plus de détails sur qui elles sont vraiment. Elles sont donc toutes assez rigides et semblables. Sur les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo, même s’il y a une page entreprise, c’est une page assez formelle. C’est la raison pour laquelle on a décidé de fonder Welcome to the Jungle, avec l’idée de créer un écrin pour les entreprises, de les mettre en valeur à travers un contenu très riche et surtout une vraie ligne éditoriale.

 

De quels outils les chercheurs d’emploi manquent-ils aujourd’hui ?

L’emploi est un secteur qui bouge beaucoup. Les candidats ont de plus en plus d’outils à leur disposition. Ce qui leur manque vraiment, c’est de l’information :

  • Sur les métiers : l’orientation professionnelle est très faible en France car les écoles ont du mal à fournir ce service. Beaucoup de candidats ne connaissent pas les métiers et les secteurs d’activité.
  • Sur les entreprises : c’est sur ce point que l’on essaye vraiment de travailler. Les candidats manquent d’informations sur les salaires, les types de contrats, le processus de recrutement lui-même etc. Des points qui sont aussi fondamentaux parce qu’il y a beaucoup de candidats qui ne savent pas comment se situer professionnellement. C’est un sujet que l’on ne traite pas encore mais que des sites comme Glassdoor permettent de travailler.

Tout le sujet pour moi, c’est d’aller de plus en plus vers un univers de transparence où l’on offre une vraie vitrine aux candidats sur les boites qui recrutent.

En quoi votre service peut-il répondre aux difficultés de recrutement des PME?

Il faut aussi rappeler les fondamentaux : les PME françaises sont les plus grandes créatrices d’emplois en France. Elles offrent une variété de métiers très intéressante ! Ces PME ne sont pas forcément des sociétés qui embauchent à des salaires moins élevés que les autres, et elles proposent des challenges tout aussi intéressants. C’est ce que l’on essaye de mettre en lumière : le but de Welcome to the Jungle, c’est aussi de montrer qu’il y a ce type de sociétés, qui peut correspondre à des profils différents. Il n’y a pas que des grands groupes, et inversement ! 

capture-welcome-to-the-jungle

On parle beaucoup du désarroi des générations Y et Z, et du fléau du chômage des jeunes, quels sont, selon vous, les remèdes ?

Je pense qu’en amont, il y a une vraie décorrélation entre les matières enseignées à l’école et la réalité du marché de l’emploi, en particulier dans le digital…

Les compétences que recherchent maintenant les entreprises ne sont pas celles enseignées à l’école et ne peuvent être apprises que sur le tas. Cela crée un vrai goulot d’étranglement ! Il y aussi le fait que le secteur numérique évolue très vite et que certains métiers ou compétences sont apparus il y a quelques mois à peine… naturellement, les cursus pédagogiques ont beaucoup de mal à rattraper leur retard. Aujourd’hui, un cours de webmarketing fait il y a quatre ans n’a plus aucune pertinence. C’est un vrai défi académique.

Les élèves n’ont aucune idée de ce que sont les métiers. En gros, ils veulent travailler dans le marketing ou dans la vente, dans des concepts qui sont assez larges. Au-delà de ça, ils connaissent très peu les sociétés. Il y a une vraie éducation à faire sur ce que veut dire « travailler en entreprise ».

Le dernier point que l’on voit, c’est que les candidats sont très peu préparés au processus du recrutement en lui-même. Ce sont des détails, mais nous on voit plusieurs milliers de CV passer par mois dont la plupart ont des formats peu lisibles ou sont mal écrits. Ça crée déjà une barrière très forte. On apporte donc aussi une aide aux candidats en publiant régulièrement des articles sur notre site pour leur donner des conseils emploi.

Est-ce que les services digitaux, notamment de matching, sont appelés à remplacer les recruteurs humains, selon vous ?

Nous sommes assez particuliers sur ce point. Nous avons créé Welcome to the Jungle pour remettre complètement l’humain au centre du processus de recrutement. Tout l’intérêt de cette plateforme c’est de vous dire : cette rencontre avec votre futur recruteur, c’est avant tout une rencontre humaine. Chez nous d’ailleurs, ce n’est pas un algorithme derrière le site qui dit « cette personne là est bonne pour le poste ». C’est le candidat qui va voir l’entreprise et qui se dit qu’elle correspond bien à ses aspirations. Puis le recruteur qui voit son profil se dit à son tour « tiens ça me correspond bien ».

On ne croit pas du tout à cette tendance de l’algorithmie qui fait croire qu’il suffirait de mettre un CV bien fouillé et une offre d’emploi bien décrite pour que le match se fasse. Nous on est persuadé que le recrutement c’est à 90% une rencontre, et qu’il faut qu’elle soit la plus qualitative possible. Je suis assez persuadé que ça ne disparaitra pas, en tous cas je l’espère !

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !