Publié le 9 septembre 2014

Comme chaque trimestre depuis 2004, Manpower adresse à un échantillon représentatif de 1 000 employeurs la question :

"Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre ?"

Le résultat ? Une rare photographie prospective de la confiance des employeurs et de leur propension à recruter pour les mois qui viennent.

France : confiance à la hausse

Emploi France 4ème trimestre

> Voir directement l'infographie

Que faut-il retenir ce trimestre ? Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France, résume :

"Le modeste regain de confiance que révèlent les résultats de ce Baromètre corrobore ce que nous observons chez nos clients. Certains anticipent une légère reprise de leur activité dans leur secteur, l’emploi intérimaire s’est stabilisé ces deux derniers mois après plus de deux ans de baisse continue, l’emploi dans le secteur IT est attendu en hausse sur l’année et, après un coup de frein en 2013, le nombre d’offres d’emplois cadres progresse."

L'intérim étant considéré comme un indicateur avancé de l'emploi, cette légère inversion de tendance semble donc prometteuse. Le baromètre des perspectives d'emploi, qui demande aux employeurs d'anticiper tout type de recrutement pour le trimestre à venir, indique en tout cas un très léger regain. Malgré 90% d'employeurs qui prévoient ni de recruter ni d'embaucher, le léger surcroit de recrutements attendus (envisagés par 5% des employeurs, contre 3% envisageant d'alléger leurs effectifs) donne un solde positif, pour la deuxième fois seulement en un an. "Ce chiffre progresse de 2 points par rapport au trimestre précédent et à l’année dernière à la même période", retient Yann Le Galès, du Figaro. Insuffisant pour dégager une tendance de fond, même si les autres indicateurs (notamment, l'emploi intérimaire, qui a même progressé en juillet, d'après les chiffres de Prism'emploi, organisme regroupant les professionnels du recrutement et de l'intérim), dessinent un retournement.

Régions : à l'Est, du nouveau

Baromètre_Régions

Région par région, l'évolution de la situation se confirme : si l'amplitude des volumes de recrutement attendus ne laisse pas présager de grand rebond, même local, sur le front de l'emploi, le Nord et surtout un large quart Centre-Est (de l'Auvergne à l'Alsace) connaissent une nette amélioration. Le reste de la France, Sud, Ouest et Île-de-France, restent on ne peut plus stable, avec un solde nul et qui plus est très peu variable depuis un an.

Secteurs : les services aux entreprises toujours dans le vert

Baromètre_Secteurs

6 des 10 secteurs étudiés voient également la tendance s'améliorer d'un trimestre à l'autre et, sur un an, seule la construction voit sa situation visiblement se détériorer (voir l'infographie complète pour toutes les tendances). Deux autres évolutions notables : des services aux entreprises robustes et un redressement productif qui ne donne pas d'effet sur l'emploi dans l'industrie, une tendance observée depuis 2000, malgré des recrutements en hausse pour les cadres, notamment dans la mécanique-métallurgie dont la part dans l'emploi industriel a bondi en 20 ans.

International : la fin de la sinistrose ?

S'il faut là encore manier les chiffres avec prudence, il faut tout de même relever que la tendance est à la hausse dans 20 des 24 pays européens interrogés. Symbole des prémices de retournement, la Grèce est celle qui, d'une année à l'autre, voit le plus grand nombre de ses employeurs désormais envisager de recruter (pour atteindre un solde de +8), quand l'Espagne, malgré une tendance à la hausse, reste dans le rouge (solde de -4). Autre nouvelle : les Américains osent à nouveau recruter. Les chiffres de l'été, s'ils avaient amplement déçu, révélaient une nouvelle baisse de chômage et des créations nettes d'emploi non négligeables. Depuis, la publication d'un indice manufacturier au plus haut depuis mars 2011 fait déjà présager de meilleurs lendemains...

Aller + loin

manpower-barometre-Q4-2014

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !