Publié le 11 février 2021

La crise ne sera pas un frein à l’avancée de la tech RH, bien au contraire. Pour la 5e année, ManpowerGroup est partenaire de VivaTechnology. Pandémie oblige, le format devra s’adapter. En partie digitalisé, le salon invitera à nouveau les entreprises et start-ups à mener une réflexion approfondie pour faire bouger l’écosystème RH. Parce que l’innovation technologique et numérique est un enjeu majeur pour les entreprises, rendez-vous du 17 au 19 juin pour découvrir les nouvelles avancées de notre secteur.

L’innovation est au cœur de l’ADN de ManpowerGroup. Faire grandir nos Talents et leurs compétences au rythme des transformations digitales du secteur et des entreprises est primordiale. C’est grâce à l’observation des mutations du monde du travail d’aujourd’hui et à notre capacité à anticiper le monde du travail de demain et ses nouvelles technologies, que nous pourrons garantir l’employabilité à vie. Au-delà de l’engagement quotidien envers nos clients et nos Talents, notre ambition est de construire un monde du travail durable et significatif en phase avec son époque. Voici pourquoi, nous sommes une nouvelle fois partenaire de Viva Technology, un salon devenu incontournable où nous espérons créer une émulation intellectuelle et créative pour imaginer ensemble les solutions RH de demain.

 

Comme chaque année, ManpowerGroup invite les start-ups et entrepreneurs d’avenir à participer à un challenge pour mettre en lumière les avancées numériques en matière de recrutement et d’expérience collaborateurs :
Comment l’IA, la data et le digital peuvent-ils aider les DRH à offrir aux candidats la carrière pour laquelle ils sont faits, tout en proposant aux entreprises les meilleurs talents ?

Une question essentielle, déclinée en cinq piliers :

  • Comment mettre en place des analytics pertinents pour créer une expérience candidats, collaborateurs ou apprenants exceptionnelle ?
  • Comment et sur quels critères faire matcher les compétences d’un individu avec les métiers ou les formations qui lui correspondent ?
  • Comment l’assessement prédictif peut-il révolutionner la manière dont on recrute un candidat, dont on construit un parcours professionnel ?
  • Comment la mise en place d’un passeport numérique pourrait réinventer le rapport entre un individu et ses données personnelles ?
  • Comment l’adaptative learning transforme et booste nos capacités d’apprentissage ?

 

Start-up, êtes-vous prêtes à relever le défi ?

Maîtriser l'analyse des données RH grâce à l'intelligence artificielle

Ce sujet constitue le pilier central de notre challenge, celui dont découle l’ensemble des problématiques retenues. Digitaliser les ressources humaines pour enrichir les connaissances sur les candidats, les collaborateurs ou les clients devient monnaie courante. Véritable mine d’informations, l’analyse de données permet de mieux cibler les talents en phase de recrutement, de mieux gérer les effectifs, de prédire les besoins à venir et d’améliorer l’engagement collaborateur par une compréhension accrue de leurs motivations… Le tout en gagnant du temps.
A présent, l’enjeu est de mettre en place une dynamique d’analyse plus globale, plus instantanée et plus précise. Pour cela, paramétrer les bons éléments de récolte de données, les centraliser et les analyser pour offrir une offre ultra personnalisée est essentiel. L’alliance de l’homme et de la machine est l’élément qui fait de ce process un succès. Elle permet par la même occasion de pallier les problèmes, encore inhérents à cette technologie, d’équité et de fiabilité des données.
En résumé, la question qui s’impose est de savoir comment centraliser, organiser et activer toutes les datas pour identifier, recruter et fidéliser les talents qui répondent aux enjeux des entreprises.

 

Faire coïncider les compétences des collaborateurs avec les formations et les offres d’emploi

L’enjeu de la rencontre entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi est essentiel dans un monde en crise. Le Big data au service des recrutements a fait son chemin et devient incontournable. Ainsi, une analyse automatisée des profils reposant sur une sélection de mots-clés permet de faire un premier tri des profils et de faire se rencontrer plus rapidement et efficacement l’offre et la demande. Les bénéfices sont multiples : selon les estimations, les délais de présélection diminuent en moyenne de 50 à 75%, entraînant une baisse d’environ 20 % des coûts liés à un mauvais recrutement.
Le matching de demain va même plus loin. Au-delà de leur capacité à repérer les bons mots-clés, les algorithmes peuvent à présent lire entre les lignes : ils sont en effet aujourd’hui déjà capables de déduire le degré de maîtrise acquis pour certaines compétences à partir des expériences professionnelles renseignées. Ils peuvent détecter les compétences complémentaires mais non précisées, induites par celles renseignées. Le matching permet donc de repérer les compétences en présence mais également celles absentes ou manquantes, et ainsi conduire les managers à proposer des formations complémentaires pour progresser et atteindre un poste visé. Ainsi, l’analyse du gap automatique par le référentiel de compétences pourrait devenir un booster de parcours professionnels.

 

Construire les parcours professionnels grâce à l’assessment prédictif

Le numérique au service de la GPEC offre une analyse plus poussée du contexte, des innovations d’un secteur et des compétences en présence ou absentes. Ainsi avec une connaissance macro des évolutions, les besoins en compétences et savoir-faire sont mieux identifiés. L’assessment prédictif apparaît comme une solution encore plus efficace et plus personnalisée puisqu’elle permet d’évaluer les compétences non à l’échelle d’un poste mais bien d’une carrière. On est alors capable d'estimer le taux de compatibilité d’un profil avec un poste, en s’appuyant sur la traduction de ce poste en une offre d’emploi en matière de hard skills autant que de soft skills. Cette technologie repose donc sur deux éléments clés : l’évaluation de la performance du salarié à un instant T et la prédiction du parcours professionnel possible qui en découle. En d’autres termes, mettre en corrélation des compétences et qualités du candidat au prisme de celle de ces managers – au-delà des valeurs recherchées par l’entreprise - permet d’éviter le clonage et la démultiplication des candidatures. En s’appuyant sur l’assessment prédictif, un coach ou un expert en ressources humaines peut construire un parcours de carrière personnalisé. Cette solution a le mérite de s’appuyer sur des éléments factuels, de les analyser et donc de permettre à des profils et personnalités différents d’accéder à des postes similaires.

 

Sécuriser l'authentification des candidats grâce au passeport numérique 

A l’image du passeport papier qui permet de valider officiellement l’origine et le parcours d’un voyageur, le passeport numérique permet d’authentifier à la fois les diplômes, les expériences et les compétences du candidat. Chaque étape du parcours professionnel pourrait être ainsi répertoriée dans un historique, sécurisé et attesté par un système décentralisé de type blockchain qui permet alors d’en faciliter le sourcing et la vérification. Le passeport numérique étant propre à chaque individu, libre à ce dernier de le partager… Encore faut-il en avoir le réflexe.
Dès lors, l’enjeu est de trouver un équilibre entre la diffusion massive de cette précieuse information et le respect de la vie privée. Se pose également la question de la création d'un système de certification de ces passeports numériques, nécessitant la collaboration de l’ensemble des acteurs du marché de l’emploi, à grande échelle.

 

Faire monter en compétences les collaborateurs grâce à l'apprentissage adaptatif

En mixant le sourcing et le matching pré-mentionnés, il est possible d’obtenir un répertoire de profils riches et adaptés à n’importe quelle demande d’une entreprise cliente. Cependant, l’ambition de ManpowerGroup est de répondre non seulement à un besoin macroscopique de recrutement et de gestion des carrières, mais également d’enrichir les parcours de chacun, dont la formation est un élément clé. Tout le monde ne répond pas aux différentes méthodes d’apprentissage de la même manière : alors que l’un sera plus performant le matin et usera de sa mémoire visuelle pour retenir un sujet, d’autres n’auront qu’une fenêtre de concentration limitée en fin de journée et ne retiendront une information que par sa mise en situation. L’intelligence artificielle ouvre la voie pour répondre à ce défi grâce à l’adaptive learning. A partir de l’analyse des comportements et modes de vie, elle propose des programmes d’apprentissage ultra personnalisés assurant le succès de la formation. Cerise sur le gâteau, ces derniers s’adaptent en temps réel à l’apprenant en fonction de ses réflexes ou de son ressenti à un moment précis.

 

Vous êtes une start-up innovante, spécialisée RH ou non ? Participez au challenge lancé par ManpowerGroup. Une occasion unique de faire bouger le monde de l’entreprise et d’être invité à rejoindre le nouveau e-Lab de VivaTechnology 2021.

 

 

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !