Publié le 27 décembre 2021

Si l’année 2020 n'avait pas manqué de rebondissements avec le début de la crise sanitaire, 2021 nous a aussi réservé son lot de surprises. En effet, chacun se préparait au pire après le ralentissement de nombreux secteurs économiques. Pourtant l’année se clôture sur une pénurie de talents importante qui replace les salariés au cœur des entreprises et fait des stratégies RH une clé de leur survie. Retour sur les faits saillants et les enjeux majeurs qui guideront, à coup sûr, l’année à venir.

 

Répondre à la pénurie de main d’œuvre

Publiés chaque trimestre, les baromètres ManpowerGroup des perspectives d’emploi ont affiché des tendances positives tout au long de l’année avec des prévisions d’embauche au plus haut. Celui du 3ème trimestre enregistrait des chiffres record d’intentions de recrutement. Fait notable, ce dynamisme concerne l’ensemble des secteurs et des régions. Cette volonté de recruter se traduit par une baisse continue des chiffres du chômage, mais aussi – effet collatéral - par une pénurie des talents.

Dans ce contexte comment les attirer et les fidéliser ? L’enjeu est de soigner sa marque employeur. Nous identifions 5 grandes tendances en la matière :

  • Répondre à la quête de sens,
  • Transformer les collaborateurs en ambassadeurs,
  • Renforcer le bien-être au travail,
  • Investir dans l’onboarding,
  • Valoriser et encourager la mobilité professionnelle.

Miser sur la marque employeur vous permet de dénicher et fidéliser les perles rares qui répondront à toutes vos attentes !

 

Développer l’engagement collaborateurs post-confinement

Les études et les observations du terrain montrent qu’il y aura un avant et un après Covid-19 dans le monde du travail. En effet, l’éloignement des salariés, vis-à-vis de leur lieu de travail et de leurs managers, a bouleversé les méthodes de travail, augmenté la charge mentale, exacerbé les risques psychosociaux... Conséquence directe, le turnover tend à s’accentuer et freine la performance globale de l’entreprise. Dans ce contexte inédit, mettre en place des conditions de travail qui favorisent l’engagement des collaborateurs devient une mission clé des DRH et des managers. Pour le renforcer, il faut commencer par se débarrasser des idées reçues sur l’engagement des collaborateurs. Il ne se décrète pas mais se construit en luttant contre certains préjugés. Télétravail, âge, salaire, évolution professionnelle… Les connaissez-vous ?

C’est en comprenant les nouvelles attentes dessinées par l’éloignement lié à la crise que les entreprises pourront mettre en place des mesures de QVT efficaces. Les solutions sont entre vos mains et l’enjeu est d’expérimenter pour répondre aux spécificités de chaque collaborateur. Parmi les solutions ayant fait leurs preuves, la mobilité interne favorisée par la montée en compétences répond à la pénurie des talents tout en s’imposant comme un outil puissant de redécouverte et de réenchantement pour les salariés en poste. Autre piste, l’intrapreneuriat repose sur la création d’une structure au sein même de son entreprise pour développer de nouveaux projets dans un cadre plus propice : équipes réduites, autonomie, moyens adéquats à disposition. Il peut générer de l’épanouissement professionnel et permet de se démarquer, notamment auprès des talents les plus jeunes. En effet, près de 67% des étudiants affirment que les entreprises ayant développé un programme d’intrapreneuriat attirent davantage leur attention.

 

(Re)créer du sens à travers sa politique RSE

Déjà importante avant la crise sanitaire, la quête de sens est devenue un moteur de fidélisation et d’attractivité. Selon une étude récente, 90% des salariés jugent essentiel ou important que leur entreprise « donne un sens à leur travail ». Si le bien-être personnel reste une préoccupation, les salariés ont besoin de savoir qu’ils sont utiles à l’entreprise comme à la société dans son ensemble. Pour répondre à cette quête, vous pouvez vous appuyer sur les valeurs de l’entreprise, mais aussi sur sa responsabilité sociétale.

Les démarches RSE créent de la cohésion en interne, réveillent un sentiment de fierté, tout en séduisant des candidats potentiels. Mais il faut être vigilants en la matière : il est important de joindre les actions aux idées, de mesurer autant que possible leurs effets, de savoir les valoriser tout en restant humble. En matière de RSE, il est important de trouver le juste milieu.

Pour ManpowerGroup, l’inclusion, la diversité, le développement d’outils de QVT via le numérique ont été les lignes directrices de notre participation au salon VivaTech 2021. Tournées vers le « Future of Work », elles reposent sur une approche pragmatique et humaine de la digitalisation au service des RH de demain.
 

Travailler sur la marque employeur et sur l’engagement des collaborateurs tout en créant des synergies avec la RSE : les enseignements de 2021 seront les moteurs de 2022. Nous sommes convaincus que les RH seront au cœur de cette année à venir !

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !