Publié le 18 octobre 2013

Quelles étaient les grandes tendances du recrutement attendues en 2013 ? LinkedIn, sur son blog, en relevait récemment cinq, rappelle MyJobCompany :

  • les réseaux sociaux professionnels, toujours plus utilisés par les recruteurs ;
  • l'analyse des data, dont l'usage tend à se banaliser pour mieux faire matcher offres et candidats ;
  • la (e-) réputation des employeurs, soignée pour attirer au mieux les meilleurs candidats ;
  • le recrutement en interne et la fidélisation ;
  • le mobile, qui reste un levier sous-exploité, mais pris en considération...

Où en sommes-nous ? Evolutions, révolutions ?


Pour certains, en cette période propice aux nombreuses conférences et colloques sur le recrutement innovant, ce serait plutôt une grosse fatigue : s'agaçant des à-peu-près et poncifs qui y fleurissent, un chroniqueur du site américain ERE recense tout ce qui lui fait dire "Oh, non ! Ils n'ont pas dit ça..." et s'attaque à l'essentiel :

"Nous avons besoin de questionner si et de quelle manière les médiaux sociaux peuvent être vraiment efficaces pour l'entreprise "moyenne", normale."

En France, cette semaine, deux conférences avaient justement lieu : la "#rmsconf", autour du recrutement mobile et social, et "#TruParis", la "non-conférence du recrutement innovant". Que peut-on tirer des nombreux échanges ?

Expérience candidat, marque-employeur : beaux discours ?

"Les différentes interventions ont eu pour point commun l'expérience candidat et les moyens déployés par les entreprises pour déployer leur marque employeur sur les réseaux sociaux, le mobile et leurs sites carrière", nous confie Fabrice Mazoir, responsable éditorial de RegionsJob, qui a participé aux deux événements. Il en retient surout "des bonnes pratiques et les stratégies mises en place pour renforcer l'attractivité des employeurs et construire une relation sur la durée avec les candidats, en amont et en aval des process de recrutement".

Un exemple ? Deloitte, récompensé par l'award de la meilleure expérience candidat en ligne :


Et outre le site carrière, c'est une stratégie multicanale de marque employeur qui est récompensée, qui inclue un centre dédié au recrutement :

Également sur le podium de l'award, Accor, qui définit sa stratégie de recrutement en ligne comme une "fusée à plusieurs étages" (Focus RH) : une rubrique sur le site de la marque, un site de recrutement dédié, des pages lateformes sur réseaux sociaux - Linkedin, Facebook, Twitter, et même Pinterest... avant, bientôt Vine, et de la 3D !

Lors de la #rmsconf (voir l'ensemble des discussions sur Twitter), le témoignage de plusieurs candidats, qui ont fait part de leurs difficultés à exister sur le marché de l'emploi, a été un moment important de "retour au réel, qui a permis de confronter la communication RH des entreprises à la réalité du marché de l'emploi aujourd'hui", juge Fabrice Mazoir, qui en appelle à tenir les promesses :

"Pour avoir du sens, les beaux discours autour de la marque employeur doivent en effet se concrétiser en rencontres, en créations d'emplois. Depuis quelques années le concept de marque employeur est partout. Cette stratégie d'image ne doit pas perde de vue l'humain qui est au cœur des enjeux du recrutement."

Un concept en effet... vraiment partout :

Réseaux sociaux

92% des entreprises utiliseraient les réseaux sociaux dans leurs process de recrutement. Laurent Choain, DRH de Mazars, estime que les médias sociaux ont créé une véritable rupture, et "ont notamment pour atout de donner à la fonction RH une dimension stratégique au sein de l'organisation".



Exclusive RH liste là aussi nouveaux des bonnes pratiques : Steria, qui veut doper sa marque-employeur en incitant ses salariés à "participer aux groupes de discussion afin de véhiculer une bonne image de la marque employeur" ; ING Direct, qui a créé un compte RH dédié sur Twitter pour "soutenir la proposition de valeur employeur en interne et en externe" ; le Crédit Agricole, qui a lancé sur Facebook et via une websérie une opération de recrutement massif d'apprentis...

Le grand "vainqueur" de la semaine se nomme Dokker, qui a remporté le challenge de la start-up à la #rmsconf : solution de recrutement innovante pour PME, Dokker permet aussi au candidat de centraliser leurs compétences professionnelles dans un portfolio aisément partageable sur les réseaux sociaux, professionnels ou non.

Mobile

Quid de LinkedIn ? "Beaucoup évoquent la capacité de LinkedIn à révolutionner le monde du sourcing et du recrutement", note le blog de LinkHumans, organisateur des événements.

La preuve en est avec l'arrivée d'une nouvelle offre mobile, à la promesse... prometteuse : "vous pouvez maintenant interagir avec les recruteurs instantanément, où qu’ils soient".


Le recrutement sur mobile, épiphénomène ou tendance déjà perceptible ? La question ne semble plus se poser :





Pour Eric Barilland (Orange), "le candidat mobile n'est pas un candidat comme les autres", et "la géolocalisation, la réalité augmentée, le couplage avec une plateforme sociale comme Twitter, le décollage des MOOC laissent entrevoir la puissance et la richesse des possibles pour l’employeur et le candidat potentiel" .

La question, en fait, n'est plus celle que l'on croit :

Big Data

Le Big Data, en revanche, c'est pour demain...


... ou pour aujourd'hui ?


Mort ou pas du CV, le Big Data reste un horizon, plus ou moins lointain, mais dont on connaît le potentiel. Les entreprises, pour l'instant, ne font souvent que du "data tout court"... Un participant de #rmsconf a une manière plutôt imagée d'évoquer des discours qui se cantonnent souvent à être incantatoires...

Big Data

Déjà, d'autres révolutions pour demain ?


Solutions de visio-recrutement en temps réel chez Altran, Lafarge ou CIC, ou en différé (pré-entretiens) au Cern, la vidéo semble déjà être une tendance très 2013. Objectif interactivité ? Oui, mais surtout l'ambition de raccourcir les process de recrutement.

Guillaume Rouzaud, pour le blog Recrutement mobile et social, fait enfin le point sur un ensemble de pratiques en vogue, et pas près, elles non plus, de s'arrêter : entre business games, challenges étudiants, concours d’innovation ou encore hackathons, les grands groupes tels que Bouygues, Allianz ou Valeo s'y mettent. Des opérations "100% live, 100% action" qui sont aussi - surtout ? - un bon moyen de doper sa marque-employeur.

Au final, les "innovations technologiques ne parviennent pas à transformer les usages", conclut id-carrières : les nouveautés foisonnent, les usages évoluent, mais peut-on vraiment dire, aujourd'hui, que le recrutement s'est complètement métamorphosé ? Le débat n'a pas fini de fatiguer les indécis !

A lire aussi sur l'Atelier de l'emploi :

> Crédit image : Aarthi/Flickr (licence CC)
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !