Publié le 29 janvier 2020

Réalité virtuelle, machine learning, gamification, classes virtuelles… Les outils liés à l’apprentissage ont considérablement évolué. Se libérer du présentiel ouvre de nouvelles possibilités et rend l’apprentissage accessible partout et pour tous. Attention cependant trop s’éparpiller, c'est risquer de perdre en pertinence. Dès lors, comment co-construire en continu les parcours de carrière tout en assurant un retour sur investissement ?

 

Devenu, en moins de quatre ans, l'événement incontournable du numérique et des startups, le salon Viva Technology revient pour sa cinquième édition. Rendez-vous Porte de Versailles du 11 au 13 juin pour découvrir les nouveautés du secteur. Une occasion immanquable d’inviter, comme chaque année, les jeunes entreprises françaises à venir se joindre à ManpowerGroup pour faire bouger l’écosystème RH.

Nouvelles structures ambitieuses, entrepreneurs d’avenir et visionnaires, ManpowerGroup challenge l’apprentissage des jeunes générations autant que la formation en continu des salariés au travers ces questions :

  • Comment offrir un parcours de carrière et de formation suivi en temps réel et plus personnalisé grâce à l’intelligence artificielle ?
  • Comment l’intelligence artificielle peut-elle créer de nouveaux modes d’apprentissage, en adéquation avec les performances attendues par l’entreprise ?
  • Comment calculer le retour sur investissement des formations dispensées aux salariés ?
  • A l’ère du numérique et de l’intelligence artificielle, quels pédagogie et outils adopter en matière d’apprentissage ?

 

Viva Technology challenge 4 Expérience apprenant

Candidatez ici

 

Les digital natives arrivent sur le marché du travail et viennent bousculer les usages, notamment en matière d’apprentissage. Habitués à switcher d’un cadre à l’autre et en proie à une soif de liberté, les millenials vivent le travail de façon plus nomade et diversifiée que leurs parents. En moyenne, les jeunes entrants sur le marché de l’emploi devront d’ailleurs changer 4 à 5 fois de métiers au cours de leur vie professionnelle. Pour certains, cela ira même jusqu’à 10 fois.

Pour éviter la fuite des talents, les entreprises permettent aux salariés de perfectionner leurs parcours professionnels en continu. L’objectif étant de conjurer l’ennui et la démobilisation, principales causes de reconversion. Les solutions se multiplient pour créer des modes d’apprentissage répondant aux mêmes contraintes qu’un tutoring universitaire. Pour enseigner, il faut désormais personnaliser les programmes, parer aux déficits d’attention, jongler avec les plannings surchargés et storyteller les modules d’éducation.

Désormais formation rime avec innovation. De nouveaux formats semi ou entièrement dématérialisés rendent l’accès à l’apprentissage plus attractif et efficace. On apprend désormais en machine learning, micro-learning, blending learning, intelligence adaptive learning, MMOC, COOC… Bref, autant de solutions personnalisées et à la carte. Par rapport au présentiel, ces formats réduisent les contraintes logistiques, s’insèrent avec souplesse dans les agendas, pour des prix souvent plus abordables.

Si tant de recours voient le jour, est-ce parce que nous n’avons pas encore trouvé LA solution idéale pour réunir tout le monde dans un même amphithéâtre virtuel ? Quoiqu’il en soit, ces différentes techniques plaisent souvent aux apprenants mais restent ponctuelles, et ne bénéficient que rarement d’une mise à jour continue. Et côté entreprises, comment s’assurer de la pertinence de ces formations et de la rentabilité de ces formations ? C’est là tout le challenge que nous devons relever.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !