Publié le 17 juin 2011

Les Premières rencontres des métiers de l’économie verte ont eu lieu le 14 juin dernier ; dans ce cadre fut dressé un bilan d'étape de la mise en œuvre du Plan national de mobilisation pour les emplois et les métiers de l’économie verte, conçu pour adapter le marché de l’emploi, de la formation et de l’orientation aux réalités de cette économie.

A cette occasion, les travaux de l’Observatoire national des emplois et métiers liés à l’économie verte furent présentés, et notamment deux publications de juin 2011 :

En résumé, ces études montrent que les « métiers verts » réellement « neufs » - car faisant appel à des compétences totalement nouvelles - restent peu nombreux. On peut considérer que, à terme, tous les emplois, métiers et filières seront « verdis », en intégrant des compétences liées à des modes de production et de gestion plus durables.

Par ailleurs, en termes de périmètre, l’Observatoire distingue les :

  • « activités de la croissance verte », qui se définissent à partir de la production des biens et services « verts ». Elles se composent des éco-activités produisant des biens et services environnementaux et des autres activités plus indirectement « vertes », qui produisent des biens et services favorables, au sens d'une meilleure qualité environnementale.
    Au total, les emplois de la croissance verte sont évalués à près de 950 000.
  • « métiers verts » : ceux dont la finalité et les compétences auxquelles ils font appel contribuent à mesurer, prévenir, maîtriser, corriger les impacts négatifs et les dommages sur l’environnement. Leur nombre est estimé à 132 000.
    Dans la même catégorie, on trouve les « métiers verdissants », dont la finalité n’est pas environnementale mais qui intègrent de nouvelles « briques de compétences » pour prendre en compte de manière significative et quantifiable la dimension environnementale dans le geste métier.

Ces deux publications donnent accès à des données très fines sur l’emploi dans les activités de la croissance verte sous forme d’analyses et de tableaux synthétiques. Enfin, l’Observatoire fait des recommandations méthodologiques quant à la mesure des effets attendus de la croissance verte sur l’emploi. L’Atelier de l’Emploi vous recommande vivement la lecture de ces études :

Sur le même sujet et dans un sens inverse, The Economist publiait il y a peu un article considérant "l’environnementalisme sous le feu des critiques : les discours selon lesquels le contrôle environnemental détruirait des emplois se font de plus en plus entendre", et établissant un état des lieux des positions républicaines et démocrates à ce sujet aux Etats-Unis.

Le sujet de l’économie et des emplois liés à la protection de l’environnement n’a pas fini de nourrir le débat public sur l’emploi.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !