Publié le 14 décembre 2021

L’année 2021 s’achève sur une note très positive, avec un taux de chômage historiquement bas tandis que les intentions d’embauche pour le premier trimestre 2022 confirment cette tendance avec une prévision d’emploi à +26%. Les employeurs Français sont bien décidés à faire de la pandémie un mauvais souvenir. Découvrez le baromètre complet, secteurs, régions et profils d’entreprises, tout y est pour commencer l’année sur de bonnes nouvelles !

Bien qu’en légère diminution par rapport au trimestre précédent affichant +27% versus +26% sur ce 1er trimestre, le cru janvier-mars 2022 est bel et bien remarquable. Il s’agit même de l’un des meilleurs taux jamais enregistrés par le baromètre ManpowerGroup. À noter que jusqu’ici les chiffres positifs indiquaient une rééquilibrage, un retour à la normale après des moments difficiles durant la pandémie. D’ailleurs en cette fin d’année 2021, le climat des affaires demeure toujours au plus haut, inégalé depuis des décennies.

« Ce baromètre reflète la solidité de la reprise de l’économie française, commente Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France. Le gouvernement prévoit une hausse du PIB de 4 % dans l'Hexagone en 2022, après un record à plus de 6% en 2021. Les anticipations des chefs d’entreprise reflètent la persistance de cette bonne orientation, même si on observe un certain repli par rapport au dernier trimestre 2021, au cours duquel la Prévision Nette d’Emploi a atteint un niveau exceptionnel ».

Des intentions d’embauche positives sur l’ensemble du territoire

La prévision nette d’emploi est très positive dans toutes les régions du pays avec la région Nord en tête (+32% et + 4 points par rapport au trimestre précédent). C’est l’une des régions qui affichaient les plus faibles prévisions l’an dernier, à la même période.
Pourtant, malgré des intentions d’embauche très positives, on note un recul sur l’ensemble des régions (hors Nord), au regard du trimestre précédent. Cela s’explique certainement par la révision de la Banque de France et du FMI sur les prévisions de croissance à 6,75% en 2021 contre 6,3% précédemment. Un niveau supérieur à la moyenne des "30 glorieuses". Nous remarquons donc une incroyable ascension des intentions d’embauche et leur évolution constante sur un an.

Toutes les entreprises au diapason

Dans toutes les catégories d’entreprise, les prévisions nettes d’emploi pour le 1er trimestre 2022 restent très positives, avec une belle hausse par rapport au premier trimestre 2021. Toutefois, les évolutions sont différentes selon la taille de la structure.

Les grandes entreprises (plus de 250 salariés) affichent de loin les intentions d’embauche les plus favorables (+37%), suivies des entreprises de taille moyenne (50 à 249 salariés) qui ont des projets de recrutement plus modestes mais toujours importants (+24%). Comme c’est généralement le cas dans le baromètre, les petites entreprises (moins de 10 salariés) sont celles où la prévision nette d’emploi s’avère plus limitée (+20% malgré tout).

Tous les secteurs en hausse significative avec les activités financières en tête de file

Les intentions d'embauche sur la période janvier-mars 2022 connaissent un nouveau trimestre positif dans l’ensemble des secteurs d’activité étudiés.
C’est dans le domaine de la banque-finance que les prévisions sont les plus élevées (+42%). Un chiffre étonnant vu que la tendance était plutôt à la baisse jusqu’ici. Néanmoins, les banques et assurances bénéficient du redémarrage accéléré de l’économie française, et doivent remplir leurs offices, parfois avec difficulté.

Parallèlement, l’hôtellerie-restauration et l’industrie s’inscrivent dans une dynamique un peu moins favorable (+16%) que les autres secteurs. Reste à savoir si c’est par manque de commandes ou par manque de candidats ? En effet, ces deux secteurs sont confrontés à une grave pénurie de main-d'œuvre... Cela représente, malgré tout, un sacré contraste positif avec la situation que connaissait ce secteur il y a encore un an !

À noter : deux nouveaux secteurs (“ “IT, télécommunications, média et communication”, “autres services - Activités professionnelles, scientifiques et techniques et services administratifs”) rejoignent les existants, et sont désormais analysés dans le baromètre ManpowerGroup. Les dirigeants concernés y ont aussi l’intention d’embaucher dans les mois qui viennent.

Après les embauches massives de 2021, qui ont atteint un record historique au troisième trimestre, les besoins en main-d'œuvre seront a priori moindres durant l’année qui s’annonce. Pour autant, la croissance économique soutenue (autour de 4%) devrait continuer à tirer favorablement les projets de recrutement des entreprises.

Le Baromètre ManpowerGroup des perspectives d’emploi pour le 1 er trimestre 2022 a été réalisé dans 40 pays et territoires, entre le 13 octobre et le 2 novembre 2021 auprès de 39 681 employeurs issus d’entreprises privées et d’organismes publics, dont 1006 employeurs en France. L’étude analyse les données obtenues en réponse à une unique question : « Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu’à fin mars 2022, par rapport au trimestre actuel ? ». NB : Nos lecteurs attentifs auront remarqué que les chiffres pour le 4eme trimestre 2021 utilisés ici diffèrent des chiffres évoqués dans notre précédente publication. Cette divergence s’explique par un nouveau calcul visant à éliminer les biais causés par les effets saisonniers. En effet, chaque trimestre, nous réactualisons les données historiques des trimestres précédents, pour parvenir aux résultats les plus fiables possibles.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !