Publié le 16 mars 2022

Longtemps stigmatisés, les étudiants et jeunes diplômés sont devenus ces dernières années un enjeu économique et politique d’avenir. Des dispositifs comme le plan « 1 jeune, 1 solution » investissent sur les nouveaux arrivants pour dynamiser le marché et prendre le virage 2022. La dernière étude internationale de ManpowerGroup, The Great Realization, monde du travail : le basculement annonce même la fin de l’ère des générations pour mettre l’intelligence collective au premier plan. Lorsque l’on sait que les moins de 35 ans constitueront 75% de la population active d’ici 2030, que la pénurie des talents fait rage, et que les digital natives sont la réponse aux organisations peinant à dénicher les profils IT nécessaires à leur croissance (1/5 dans le monde) : pouvons-nous encore laisser les préjugés sur l’âge entraver le développement des entreprises ? Déconstruisons les idées reçues sur cette nouvelle génération, pour évoluer ensemble dans cette nouvelle direction.

 

Les jeunes n’adhèrent plus aux CDI !

FAUX

Même si un jeune sur deux pense que le CDI a vocation à disparaitre, 79% d’entre eux continuent à le considérer comme un objectif en soi. Celui-ci reste donc la norme pour la « Gen Z », même si d’autres formes de contrats séduisent davantage cette génération que les précédentes, ils n’y en restent pas moins attachés.

La génération née après 1995 n’imagine en effet pas la carrière de façon linéaire, mais se projette dans des activités diversifiées sous plusieurs formes contractuelles : CDI, CDD, freelance, intérim… Un tiers de la Génération Z souhaite cumuler trois emplois ou plus en tant qu'indépendant et 36% d’entre eux souhaitent créer leur propre entreprise. Cette population se lance dans la vie active avec un fort besoin d’indépendance et de liberté.

L’enjeu pour les entreprises ? Revoir leur modèle pour intégrer cette dimension multi-activités, notamment grâce à une organisation plus souple. En acceptant, par exemple, les CDI à temps partiel ou en bannissant les clauses d’exclusivité des contrats de travail.

 

La nouvelle génération est fainéante

FAUX

Jugée paresseux et égoïstes par leurs pères, la génération Z est l’objet d’idées reçues tenaces quant à sa motivation à travailler. En cause ? Une évolution des mentalités liée aux transformations des modèles et de la société, que les plus anciens peuvent avoir plus de mal à suivre. Pourtant, « À bas le présentéisme ! » est bel et bien le slogan que pourrait scander cette population jeune. L’idée pour elle n’est pas de travailler moins, mais d’organiser différemment son temps de travail. Beaucoup ne comptent pas leurs heures lorsque la flexibilité d’horaires et de lieux de travail est au rendez-vous.

L’équilibre entre vie pro et vie perso a été un cheval de bataille pour la Génération X, aujourd’hui en âge de fonder un foyer, et la Génération Z compte bien poursuivre le mouvement. 73% d’entre eux souhaitent que l’entreprise leur permette d’organiser leurs horaires de travail comme bon leur semble. Ils sont même encore plus sensibilisés que leur aînés sur cette question puisque 61,4% d’entre eux identifient la difficulté de maintenir cet équilibre de vie comme principal frein à leur épanouissement au travail (vs environ 40% pour la Génération Y- née entre 1965 et 1980).

 

Les jeunes sont individualistes et ne supportent pas la hiérarchie

FAUX

49,4 % de jeunes âgés entre 15 et 22 ans ont déclaré être d’accord pour maintenir les niveaux hiérarchiques. Mais pour eux, l’autorité doit se justifier par l’expérience et les compétences et ne plus seulement leur être imposée. Ce qu’ils rejettent donc, c’est un management rigide et pyramidal. Cette génération sait faire la différence entre un leader et un manager. Un adage dit d’ailleurs : « On ne quitte pas son entreprise pour le salaire mais pour le management. »

Et, bien que nouvelle sur le marché, la Gen Z s’y reconnaît. Les jeunes sont en effet très attachés à l’esprit d’équipe, 85% d’entre eux placent d’ailleurs l’ambiance et le bien-être au travail en deuxième position de leurs critères pour choisir un emploi. Intégrer les talents de cette nouvelle vague, c’est donc comprendre ses attentes et son mode d’échanges. Ils ont besoin d’être impliqués, écoutés et responsabilisés pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

 

La « Gen Z » ne transigera pas avec les valeurs et engagements des entreprises

VRAI

Le sens est l’un des premiers critères pour les jeunes dans la recherche d’un poste. 76% d’entre eux déclarent rechercher un métier en phase avec leurs valeurs.

Environnement, responsabilité sociale, diversité, inclusion, parité… Hyper sensibilisés aux questions de liberté et de tolérance, très informés sur les différentes crises qui secouent la société, les jeunes ne se contenteront pas d’actions purement symboliques de la part de leurs employeurs. Ils attendent des engagements concrets et un cadre de travail respectueux de l’environnement et des individus. 93,2% d’entre eux pensent que les organisations ont un rôle à jouer pour rendre la société meilleure. Attention, cela ne signifie pas pour autant qu’ils sont prêts à travailler uniquement pour défendre leurs convictions : 43% des jeunes mettent le salaire comme premier critère d’attractivité.

 

« La nouvelle génération est épouvantable. J’aimerais tellement en faire partie » : cette phrase d’Oscar Wilde pourrait faire référence aux jeunes de 2022, qui, indubitablement, vont être un moteur de transformation pour le monde du travail. Et à défaut de faire partie de cette génération qui a beaucoup à offrir aux employeurs, il paraît nécessaire de tout mettre en œuvre pour adapter les modèles et suivre son élan, enthousiasmant.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !