Publié le 22 juin 2020

ManpowerGroup simplifie son organisation française et regroupe son expertise en réunissant son offre sous trois marques fortes : Manpower, Talent Solutions et Experis. C’est dans ce contexte que Dominique Brard rejoint le groupe et prend la fonction de Directrice Générale de Talent solutions. Partageant notre vision pour l’entreprise de demain face aux transformations du marché, elle nous raconte son parcours et ses ambitions pour la marque. Rencontre.

 

Fiche d’identité

À 57 ans et avec près de 35 ans de carrière en finance et RH, Dominique Brard, rejoint ManpowerGroup en qualité de Directrice Générale de la marque Talent Solutions. Diplômée de l’European Business School, Master finance, Dominique Brard a débuté son parcours en audit finance dans un cabinet anglo-saxon puis a poursuivi son parcours de finance, dans le retail, au sein de Promodès durant quinze ans.

1999 - Carrefour : elle est nommée DRH pour gérer la fusion entre ce dernier et Promodès. Après six mois de travail intensif, son équipe met en place un premier accord de méthodes avec les syndicats pour trouver une nouvelle façon de dialoguer et d’accompagner la mise en place des plans sociaux - une opération d‘envergure inédite en France. Carrefour - premier employeur privé de France à l’époque – a fait jurisprudence avec cet accord devenu loi.
2006 - Altedia, une filiale d’Adecco : elle est nommée Directeur Générale en charge du département stratégie sociale et réorganisation.
2009 - Nestlé France : en tant que DGRH, elle optimise le footprint industriel en France et recentre l’activité de Nestlé sur ses activités cœur de métier.
2011 - FNAC : elle mène le projet de repositionnement de la FNAC, en accord avec la stratégie de recentrage de PPR sur le luxe.
2014 - Groupe pharmaceutique IPSEN – Elle est nommée DGRH et initie la transformation du business model de la recherche et développement du Groupe en France pour créer un incubateur de startups biotechs.
2015 - Lacoste : elle est appelée en tant que DGRH pour mettre en place la stratégie de premiumisation de la marque au niveau international.
2020 - ManpowerGroup : Dominique rejoint le groupe pour relever le challenge Talent Solutions qui combine nos trois solutions mondiales : RPO, TAPFIN MSP et Right Management.

 

 

Comment chacune de vos expériences vous ont-elles amenée à prendre le poste de directrice générale chez Talent Solutions ?

Talent Solutions est une marque forte qui permet de proposer aux entreprises des solutions sur-mesure en réponse à leurs enjeux RH. Notre champ d’action couvre le consulting, l’accompagnement de stratégies sociales et de réorganisations, le leadership et l’innovation RH. Un savoir- faire qui va de l’accompagnement des organisations jusqu’à l’accompagnement des individus. Nous ne vendons pas des produits mais des solutions qui répondent aux besoins de nos clients. Il faut toujours partir de ce besoin, en gardant à l’esprit que la stratégie RH doit servir la stratégie business. Aujourd’hui, l’enjeu pour Talent Solutions est de construire un ADN puissant, une marque forte et reconnaissable dans vingt ans.

Ma valeur ajoutée a toujours été ma capacité à enrichir chacune de mes expériences des hard skills acquises d’un secteur à l’autre. Passer du retail au secteur pharmaceutique par exemple, a été un défi. Pour autant, chacune de ces expériences sert la suivante. Vous emportez toujours un petit bout du business model précédent, cela offre de nouvelles perspectives. Ce qui est intéressant, c’est d’enrichir la connaissance métier par la connaissance secteurs, c’est un vrai challenge, une aventure !

Je pense également que la relation que j’instaure avec les collaborateurs, associée à mon travail auprès des syndicats a installé ma réputation : je dis ce que je fais et je fais ce que je dis, c’est un peu ma marque de fabrique. Il y a toujours un respect et une confiance réciproque. Et c’est tout cela que je souhaite apporter à Talent Solutions.

« Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis.  Il y a toujours un respect et une confiance réciproque dans les dialogues sociaux que je mets en place. » 

Quelles sont vos ambitions pour Talent Solutions ?

L’impact des nouvelles technologies, le raccourcissement des cycles économiques et la pénurie croissante de talents accélèrent aujourd’hui le rythme des transformations à l’échelle mondiale. Ce changement de paradigme impose aux entreprises de gagner en agilité en s’appuyant sur leurs talents. Talent Solutions souhaite aider les entreprises à répondre aux besoins complexes en matière de gestion des Talents. De l’attraction à l’acquisition, en passant par la montée en compétences, le développement et la rétention des talents, nous proposons une démarche intégrée qui tire parti des dernières tendances en matière de technologie et d’une connaissance approfondie des caractéristiques des talents dans plusieurs pays, à grande échelle.

Nos solutions leur permettent d’être plus flexibles, plus agiles pour faire face à la crise, puis de les aider à réunir toutes les compétences et atteindre leurs objectifs après-crise.

J’ai confiance en notre capacité à réunir les talents sur nos différentes offres entre Right Management, RPO (Recruitment Process Outsourcing) et Tapfin (Managed Service Provider). C’est la première fois que nous avons une tête commune, une vision globale et une force de frappe unique. Nous allons par ailleurs enrichir notre offre en data intelligence, avec et pour nos clients, afin d’anticiper les changements de besoins, les combler et suivre l’innovation, notamment digitale.

 

Dans quel état d’esprit arrive-t-on à un poste de direction dans un contexte de crise sanitaire et économique mondiale ?

D’un point de vue personnel, avec le confinement, la difficulté était d’arriver sans connaître les gens. L’humain et la fidélité envers mes collaborateurs sont importants à mes yeux. C’était donc plus compliqué, mais pas insurmontable.

En revanche, ce contexte peut être une vraie opportunité pour Talent Solutions. La crise pousse les entreprises à remettre en question leurs méthodes managériales et à sortir du schéma du présentiel, profondément ancré en France. Elles vont remettre en question leurs façons de travailler, leur organisation et leurs besoins en talents. Il y a eu une forte mobilisation collective durant le confinement, il faut maintenant la pérenniser sans tomber dans l’excès. Le télétravail offre une flexibilité aussi intéressante pour le salarié que pour l’entreprise mais nous ne devons pas sous-estimer le rôle social de l’entreprise. Un ou deux jours par semaine, c’est déjà un bon rythme… Et une révolution en France.

Je ne pense donc pas qu’il y aura un avant et un après, mais il y aura plus de souplesse. Nous serons là pour aider les entreprises à s’adapter et à s’assurer que les salariés sont dans les bonnes conditions de travail, sur le long terme. Cela permettra aux entreprises de devenir plus flexibles et plus compétitives.

 

En tant que femme ayant accédé à de hautes fonctions dans des entreprises d’envergures, pensez-vous qu’il existe un leadership féminin ?

Je ne pense pas qu’il y ait un leadership spécifiquement féminin. Selon moi, tout est une question de parcours professionnel et de compétences, plus que de genre. Personnellement, je ne juge mes collaborateurs qu’à leur implication et leurs résultats. Les femmes ne devraient pas miser sur la discrimination positive pour y arriver. Comme tout collaborateur, elles ont des droits et des devoirs, et la chance de pouvoir exercer leur libre arbitre. Elles doivent avant toute chose montrer de l’assurance et ne pas se remettre en question quand une opportunité s’offre à elles.

 

J’ai été élevée dans l’idée qu’il n’y a pas de métiers de femme ou de métiers d’homme. Et je pense que surmonter les dernières inégalités en la matière doit passer par un changement majeur dans l’éducation des filles et des garçons dès le plus jeune âge. C’est un enjeu pour l’avenir.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !