Publié le 3 avril 2020

Le Covid-19 a frappé la France et le monde entier. Il pousse le gouvernement à instaurer des règles de confinement ayant un impact fort sur l’économie. L’une des conséquences de cette crise majeure sera d'ancrer de nouveaux modes de travail.  L’urgence pour les entreprises est de mettre en place un management sur-mesure. Même si cela semble difficile, cette période doit être abordée comme une opportunité d’évoluer pour s’adapter, dès aujourd’hui et rapidement, aux fonctionnements de demain.

La crise que nous traversons nous pousse à mettre en place dès à présent et en urgence de nouvelles stratégies managériales. Sortons de cette crise économique grandis et prêts pour aborder les prochaines mutations de l’emploi.
Dès lors, c’est le statut et le rôle des managers et DRH qui se redessinent. Ils doivent miser sur les soft skills et leur rôle d’accompagnateur, être le lien entre l’humain et les réalités commerciales et techniques. Ils doivent avant tout être les visionnaires qui embarquent les équipes et devenir dès aujourd’hui le manager de demain !

 

Mettre en place une cohésion d’équipe forte 

Être à l’écoute

En cette période compliquée, chacun réagit à sa façon. Sans jugement ni pression, les managers et services RH doivent être à l’écoute de chaque collaborateur pour les comprendre et les motiver. Des points téléphoniques ou des visioconférences, plus personnelles pour prendre des nouvelles, s’ajoutent aux réunions de travail habituelles.

Une période d’adaptation est nécessaire, cependant, elle ne doit durer qu’un temps. Si de grandes différences de productivité, de disponibilité ou de comportement s’installent en période de télétravail, c’est le signe d’un malaise plus profond. Les managers doivent être plus attentifs et pédagogues que jamais. Ils devront trouver la source des problèmes (enfants perturbants, démotivation, peur de perdre son emploi…) et établir un plan d’actions pour ajuster la situation.

Trouver l’équilibre entre un management de proximité et les limites personnelles sera de fait plus délicat dans ce contexte. La différence entre empathie et sympathie est parfois ténue. Cela passe par des règles simples, telles que s’enquérir de la santé du collaborateur et non de son dernier « visioapéro », respecter les heures ouvrées, utiliser les outils professionnels pour communiquer plutôt que leurs réseaux sociaux…

Redéfinir les rôles

Si cette période peut être source de confusion, elle redessine les quotidiens, les processus de travail et bientôt, certains le pressentent, la nature même de notre travail.

Dans une entreprise, toute personne a un poste et une posture, qui dépendent respectivement de ses compétences et de ses qualités. Or, l’une comme l’autre peuvent être bouleversées dans ce contexte. L’objectif du manager va être de bien définir le rôle de chaque membre de l’équipe (mission, cadre, équipe) mais également de laisser l’espace à chacun pour redéfinir sa posture. La forme d’intimité que procure le travail à distance peut également être l’occasion de faire ses preuves et de prendre confiance. Le manager pourra identifier les forces et les faiblesses de chacun en période de crise, repenser les missions durant la crise ou composer de nouveaux binômes de travail.

Parallèlement, la digitalisation des formations est un moyen particulièrement intéressant pour garder les équipes motivées et leur permettre de développer de nouvelles connaissances.

 

Une organisation plus humaine 

Établir un cadre de travail qui favorise l’autonomie

L’une des tâches principales d’un manager est de composer ses équipes en recrutant et en les formant. Dès lors, avoir confiance en ses équipes, c’est avoir confiance en son propre travail. Savoir déléguer, encadrer et superviser sans faire ingérence est un exercice difficile. Si le salarié doit prouver sa bonne volonté, il est important de lui en laisser l’occasion.

Pour commencer, et en ce moment plus que jamais, il est essentiel de se concentrer sur les objectifs et les résultats et non sur le présentéisme. Ne regardez pas qui est en ligne ou qui répond dans la minute à un mail mais bien qui remplit ses objectifs : dans cet esprit, la semaine de 4 jours a su séduire les pays scandinaves.

Faire confiance, c’est avant tout favoriser l’autonomie. Cela ne peut être rendu possible qu’en s’appuyant sur des processus et un cadre clair, des résultats bien définis et des remises en question régulières. La clé de la réussite repose sur l’engagement des collaborateurs, lui-même reposant sur leur implication et le sens qu’ils trouvent au quotidien dans leur travail.

Repenser la notion même de management           

La réorganisation du travail provoquée par l’épidémie de Covid-19 permettra d’établir les fondations d’une nouvelle organisation, preuve que nous sommes aussi capables de transcender les barrières physiques.

Établir de nouveaux modes de travail pourrait contribuer à donner naissance à de nouveaux modèles économiques et à diversifier les chaînes logistiques et les marchés sur le long cours. Nous ne sommes pas sur un sprint mais bien sur une course d’endurance. L’enjeu majeur est de conserver la motivation des équipes. Pour ce faire, co-créer ce processus de reconstruction avec les salariés est essentiel. Aujourd’hui, les modes de management verticaux, misant sur la rationalisation des tâches, ne sont plus viables voire contre-productifs. Le manager de demain est celui qui repère les talents, les associe, crée de l’émulation, en accord avec les mutations sectorielles et numériques.
Management horizontal, méthodes agiles ou création en idéation, chacun sa technique, pourvue qu’elle soit collective et inclusive.

Réinventer votre leadership

Inspirer par l’exemple

En cette période de crise, les managers doivent présenter une posture engagée et inspirer leurs collaborateurs par des actions fortes de sens.

Certains dirigeants l’ont bien compris et s’appliquent à envoyer des signaux en cette période de crise. Qu’ont en commun Coca-Cola qui met en pause sa communication pour laisser place aux vraies informations, U les commerçants, qui vient en aide aux petits producteurs en difficultés face à la fermeture de certains marchés ou Boulanger dont le patron aide les manutentionnaires à la préparation des colis ? La motivation par l’action, la preuve par l’implication. Fédérer c’est montrer l’exemple, rester en lien et inspirer.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !