Publié le 21 septembre 2022

Pour un actif sur deux, la culture d’entreprise est plus importante que le salaire. Ils sont d’ailleurs 77 % à se renseigner sur le sujet avant de postuler dans une entreprise, selon une étude de Glassdoor. En cette période de basculement du monde du travail, la culture d’entreprise compte plus que jamais pour attirer et fidéliser les talents. Pourtant, la renforcer est un effort sur le temps long car cela implique de faire évoluer les comportements et les valeurs tout en développant certaines compétences. Quels sont les aspects désormais prioritaires aux yeux des talents ? Mode d’emploi pour développer une culture d’entreprise forte.

1. Renforcez votre démarche RSE

Le défi climatique rend la RSE incontournable et l’inscrit dans les cultures d’entreprises. La contribution des entreprises au développement durable passe, bien sûr, par une réduction de l’impact environnemental de leurs activités et par un objectif de neutralité carbone. Mais l’amélioration de l’impact sociétal gagne du terrain, notamment dans un monde du travail chamboulé par la crise sanitaire. « Le travail, la santé et le bien-être sont devenus inséparables », souligne Deloitte. Chez ManpowerGroup, nous accordons une place importante au S de ESG. Notre plan Working to Change the World vise notamment à créer une valeur partagée avec le plus grand nombre : les individus, les clients et les communautés. Nous participons également au projet PAQTE qui est tourné vers les populations des quartiers prioritaires.

En France, la RSE trouve un fort écho chez les talents : 59 % d’entre eux estiment que les engagements de leur entreprise/organisation en matière de RSE ont un impact positif sur leur motivation professionnelle, selon le baromètre Cegos 2021. Ils sont 72 % à estimer que l’entreprise devrait associer davantage les collaborateurs à ses réflexions sur la RSE et ses enjeux.

2. Prônez le management par l’exemple

Pour qu’une culture d’entreprise soit forte, elle doit être intégrée et portée par l’ensemble des parties prenantes, avec les salariés au premier plan. Pour 70 % d’entre eux, il est important de travailler avec des dirigeants qui inspirent confiance et que l’on a envie de suivre, selon notre étude internationale The Great Realization. 

Comment les RH et les managers peuvent-ils bâtir un management exemplaire ? Premier conseil applicable au quotidien : dire ce que vous faites et faire ce que vous dites. En d’autres termes, veillez à communiquer, même dans l’incertitude, tout en respectant ensuite les engagements pris. Deuxième pilier, faites du bien-être de tous une priorité. En effet, toujours selon notre étude, il devient une attente majeure des talents et, en la matière, il vaut mieux prévenir que guérir !

3. Trouvez le juste équilibre entre autonomie et protection

Dans un contexte de guerre des talents, l’indépendance et la flexibilité sont des arguments clés. Par exemple, 45 % des salariés voudraient plus de flexibilité quant à leurs horaires de travail, selon notre étude. Cependant cette recherche d’autonomie peut se heurter à des obstacles : 60 % des managers estiment que le présentiel permet d’être certains que les salariés travaillent.

Dans ce contexte de bouleversement du monde du travail, les talents sont aussi en quête de protection, notamment pour proposer plus de liberté tout en protégeant : voici l’équation délicate à laquelle les RH et managers doivent répondre.

4. Mettez l’innovation et la technologie au service des talents 

Avec la crise sanitaire, plus de 80 % des employeurs ont accéléré leurs actions de digitalisation, souligne notre étude The Great Realization. Pourtant, de la digitalisation à l’adoption du digital par tous les collaborateurs, le chemin peut être long à parcourir. En matière de transformation digitale, ce sont les talents et la manière dont les parties prenantes mobilisent ces technologies qui font la différence. Cela passe par une formation adaptée.

Une culture d’entreprise favorisant l’agilité et la montée en compétences est ainsi essentielle pour que les talents adoptent rapidement les technologies mises à leur disposition. L’enjeu pour l’entreprise ? Amortir rapidement son investissement tout en poursuivant sa mue digitale.

5. Favorisez l’épanouissement au travail

La frontière entre les vies professionnelle et personnelle a été mise à mal par la crise sanitaire et le télétravail accru. Si le bien-être est la priorité n°1, l’inclusion reste importante pour l’épanouissement de chaque talent. En effet, le sentiment de pouvoir être soi-même au travail et d’être accepté sans avoir à cacher une partie de son identité est bénéfique pour tous. Le chemin reste long à parcourir : 1 salarié sur 7 ne se sent pas libre d’être authentique au travail, selon une étude internationale.

Les talents qui déclarent travailler dans une entreprise inclusive sont d’ailleurs 2 fois plus nombreux à avoir un meilleur équilibre vie privée – vie professionnelle et 3 fois plus nombreux à se déclarer heureux au travail, selon une étude du cabinet BCG.

Une culture d’entreprise forte n’est donc pas une culture unique et descendante imposée aux collaborateurs. Elle doit favoriser l’inclusion et laisser la place à chaque individualité en créant des espaces où tout le monde est libre de s’exprimer et de s’épanouir.

Dans une ère de basculement du monde du travail, la culture d’entreprise est au cœur de l’attraction et de la fidélisation des talents. Si des priorités émergent en fonction des attentes des salariés, il n’existe pas de modèle clef en main. Elle est, en effet, liée à votre histoire, vos équipes, vos valeurs, elle est donc unique. Renforcer la culture d’entreprise tout en laissant la place aux différences et aux avis de chacun apparaît comme le grand défi RH d’aujourd’hui et de demain.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !