Publié le 5 février 2021

Les jeux de mots peuvent sembler faciles ou évidents à la lecture de ce titre, pourtant cet acronyme n’est pas à prendre à la légère. NWoW signifie New Ways of Working, soit en Français : nouveaux modes de travail. Né en Belgique il y a une dizaine d’années, ce concept vise à replacer l’humain au cœur de l’organisation de travail. Il s’appuie sur trois piliers : une plus grande flexibilité spatio-temporelle, des innovations technologiques et numériques et un management basé sur la confiance et le collectif. Vous avez des doutes ?  Voici trois raisons de s’y intéresser sans plus tarder.

 

Raison 1 :
NWoW, plus de flexibilité et d’autonomie, c’est le flex-office 2.0

Bien que la notion de flex-office n’ait jamais autant fait parler que ces derniers mois, ce concept n’est pas nouveau. Longtemps le bureau est resté un espace de travail attribué à une personne, en fonction de l’aménagement et des places disponibles. Ces dernières années, cet espace était davantage défini en fonction de la mission à réaliser. Il n’était plus ni fixe ni attribué mais flexible – comme son nom l’indique. Avec le confinement, de nouvelles pratiques ont vu le jour. Aujourd’hui, être en flex-office ne doit plus répondre à un besoin de flexibilité spatiale mais bien spatio-temporelle. Le NWoW, s’étend jusqu’à nos domiciles et en horaires décalés.
Avant même le recours massif au télétravail en 2020, le NWoW proposait de travailler depuis son domicile ou dans l’entreprise, à horaires décalés si nécessaire, avec pour objectif de favoriser la créativité ou la concentration… Pour le moment le télétravail étant imposé, l’objectif semble quelque peu différent. Cependant, avec 88 % des salariés français désirant conserver la liberté de choisir entre télétravail et/ou bureau tout en modulant leurs heures, le NWoW semble promis à un bel avenir. Côté entreprise, cette organisation permet en plus de faire des économies en termes de gestion des bureaux

 

Raison 2 :
Adopter le NWoW, c’est anticiper les transformations technologiques et gagner en agilité

Devons-nous évoluer au rythme des innovations technologiques ou est-ce que les technologies doivent au contraire se développer en réponse aux évolutions des organisations et modes de travail ? C’est un peu le paradoxe de l’œuf ou de la poule.
Avec la pandémie, de nombreuses entreprises ont dû mettre les bouchées doubles pour développer des outils digitaux qui assurent la possibilité de télétravailler, qui dématérialisent certaines actions avec leurs clients et fournisseurs, etc., et ainsi rattraper leur retard. Une situation d’urgence qui aurait pu être évitée... L’innovation ne doit pas être une réponse à une situation donnée, mais un objectif en soi. Afin de répondre à ce besoin de flexibilité spatio-temporelle, le concept de NWoW nécessite de développer des outils de dématérialisation : une exigence visionnaire au regard des bouleversements actuels. Ceux qui l’avaient déjà adopté ont donc pu traverser la crise dans de meilleures conditions.
Selon une étude menée par Accenture, les entreprises les plus matures dans l'adoption du digital sont d’ailleurs environ trois fois plus susceptibles de faire partie des « leaders de demain ».

 

Raison 3 :
Un management ouvert et une organisation fondée sur l’intelligence collective : tout le monde participe donc tout le monde s’implique !

Nouveaux outils, nouvelles organisations, nouvelles pratiques… Autant de changements qui peuvent être source d’anxiété. L’encadrement managérial est donc un élément clé du NWoW.
Le concept proposait, bien avant la crise, de mettre en place un management pour lequel la distance ne serait pas un obstacle et qui mettrait davantage l’accent sur la préservation du lien humain, la bienveillance et l’écoute. En 2018, 76 % des salariés interrogés dans le cadre de la mise en place des principes du NWoW avaient noté un impact positif sur le travail collaboratif et les échanges informels entre collègues. L’année 2020 l’a d’ailleurs prouvée, dès l’entrée en vigueur du télétravail lors du premier confinement, les équipes dispersées ont redoublé d’imagination pour conserver le lien social. Une pratique qui peut avoir tendance à s’étioler dans un contexte d’incertitude due à la crise, et qu’il faut faire l’effort de maintenir. Face aux nouveaux enjeux de QVT, un management fondé sur la prise en compte du bien-être et de l’équilibre mental des collaborateurs est donc essentiel.  


Ce nouveau mode de fonctionnement, s’il est bien appliqué, offre de nombreux avantages. Les salariés gagnent en qualité de vie : plus de mobilité, un meilleur équilibre entre temps personnel et professionnel ainsi que le sentiment d’être libre de choix et d’actions… Tandis que les entreprises augmentent leur productivité grâce à un engagement des collaborateurs renouvelé, des économies immobilières et logistiques.
En réalité, si l’on y regarde de plus près, nous pouvons dire que nous avons déjà adopté la tendance NWoW, sans le savoir ! Il s’agit à présent de la pérenniser. 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !