Publié le 30 mars 2012

Aujourd’hui se termine à Copenhague la semaine européenne des compétences numériques, une initiative de la Commission européenne. L’objectif de cet évènement était de mobiliser tous les acteurs afin de sensibiliser les jeunes sur les grandes opportunités d'emploi dans les fonctions liées au numérique.

En effet, malgré la crise, l'emploi dans le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) a maintenu un taux de croissance de 3 % dans l’ensemble de l’Europe.

Semaine européenne compétences numériquesIl s'agissait, aussi et surtout, d'attirer l'attention des jeunes - comme des gouvernements - sur les compétences nécessaires. Une urgence, puisque la Commission et les employeurs craignent une forte pénurie de qualifications à venir.

D’ici 5 ans, 90 % des emplois nécessiteront des compétences de haute technologie

Au fur et à mesure que nous évoluons vers "une société fondée sur la connaissance", la part des emplois nécessitant un niveau de qualification élevé passera de 25 à 31 % d'après la Commission : d'ici 2020, le nombre d'emplois occupés par des travailleurs peu qualifiés devrait reculer de quelque 12 millions tandis que les postes "très qualifiés" devraient augmenter de quelques 16 millions d’unités.

Cette hausse des qualifications requises dans l'emploi repose en grande partie sur "l’utilisation des compétences numériques, condition préalable à l’amélioration de l’employabilité", souligne la Commission : d’ici 5 ans, 90 % des emplois nécessiteront des compétences de haute technologie dans l’ensemble des secteurs d’activité.

La pénurie est là. Une menace pour la compétitivité

Aujourd'hui, l’Europe compte plus de 4,7 millions de professionnels des technologies de l'information et de la communication (TIC) et devrait, selon les prévisions, en dénombrer 5,26 millions en 2015. Mais, alors que pas moins de 700 000 emplois devraient être vacants dans ce secteur, l’Europe souffre d’une pénurie croissante de personnes qualifiées dans le domaine des TIC.

Paradoxalement, l'UE forme en effet de moins en moins dans ce domaine : alors qu'ils représentaient 4% de l'ensemble des diplômés universitaires en 2005, les diplômés en informatique n'en représentaient plus que 3,4% en 2009.

Antonio Tajani, commissaire chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, a ainsi déclaré son inquiétude :

« L’insuffisance de main‑d’œuvre qualifiée freine la croissance dans le secteur des hautes technologies et entraîne des déperditions qui menacent d’entraver la capacité d’innovation de l’Europe et sa compétitivité dans le monde ».

Les jeunes doivent se former aux "aspects professionnels du nouveau monde numérique"

Pour lutter contre cette pénurie de compétences et de talents, Antonio Tajani s'est adressé aux jeunes : ceux-ci devraient « prendre conscience de l’importance des aspects professionnels du nouveau monde numérique ». Un nouveau monde qui offre de grandes opportunités.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !