Publié le 12 avril 2012

L'école de management (EM) de Grenoble a mené une expérience pour en savoir plus sur l'efficacité des "jeux sérieux" (serious games) dans la formation. Une étude qui vient à point, alors que leur apport en termes de "plaisir d'apprendre" suscite l'engouement dans la formation.

CIO Online décrit cette expérimentation :

  • un groupe témoin a suivi une formation classique, à base de documents ;
  • un autre groupe a suivi la même formation dans le fond, mais un serious game remplaçait les documents.

Dans les deux groupes, il y avait des étudiants sans aucune expérience de l'entreprise, avec une faible expérience (stage très court) et avec une expérience plus solide (stage long).

Formation : les serious games renforcent l'expérience des praticiens

L'analyse montre que :

  • pour les novices comme pour les étudiants dotés d'une faible expérience, les résultats n'ont pas été "sensiblement différents" selon les supports pédagogiques ;
  • en revanche, les étudiants dotés d'une expérience longue ont obtenu de bien meilleurs résultats pratiques lorsqu'ils ont été formés par le biais de serious games - sans que cela ne nuise à leurs résultats théoriques.Hélène Michel

Conclusion de Hélène Michel, enseignante-chercheuse à l'EM Grenoble :  "le serious game sert au renforcement d'expérience". Un enseignement à prendre en compte dans la réflexion sur l'intégration de nouveaux outils aux dispositifs de formation.

Les serious games luttent contre les préjugés dans l'évaluation des compétences

L'article relève également que "les serious games se font aussi une place pour l'évaluation des compétences, notamment managériales". Leur utilisation sous forme de jeux de rôles permettrait en effet "d'aller bien plus loin que des tests de personnalité avec une immersion situationnelle sans, cependant, engager des frais trop importants."

L'apport serait ici potentiellement très fort : les serious games permettraient "la révélation d'un profil personnel" tout en débarassant l'évaluation des préjugés qui pourraient l'affecter :

"Un outil de ce genre a, de plus, l'avantage de n'être influençable par aucun préjugé : le serious game est par nature non-discriminatoire."

>>> Lire l'intégralité de l'article de CIO Online