Publié le 17 janvier 2012

"Dans tous les pays, un diplôme du supérieur apporte une meilleure employabilité, des revenus et un bien-être supérieurs. Mais en France, plus qu’ailleurs, le niveau d’éducation est fondamental pour s’insérer sur le marché du travail."

Sur liberation.fr, Eric Charbonnier, expert à la direction Education de l’OCDE, analyse les inégalités qui marquent le système d'enseignement français : de l’école à l’université, celles-ci seraient plus fortes dans notre pays que dans la plupart des autres pays développés.

L'impact des origines sociales sur les performances à l'école, plus fort en France

"En France, les inégalités sociales ont un impact beaucoup plus grand sur la performance des élèves qu’ailleurs [...]. Dans notre dernière étude Pisa (Programme international pour le suivi des acquis des élèves), nous avons constaté qu’avec un meilleur niveau socio-économique, un élève améliore ses résultats scolaires de 51 points en France contre 30 en moyenne dans l’OCDE. [...] Enfin, entre 2000 et 2009, en compréhension de l’écrit, les élèves en échec sont passés de 15% à 20%. Or souvent, ils sont issus de milieux défavorisés."

Le poids exorbitant du diplôme

HECEric Charbonnier souligne le poids du diplôme :

“Les 150 000 jeunes qui sortent chaque année du système éducatif sans diplômes [...] se retrouveront au chômage plus que les autres, et plus qu’ailleurs. ”

Un discours qui fait écho à celui des auteurs de "La Machine à trier", qui vont plus loin et considèrent que les jeunes sans diplôme subissent une "triple peine".

>>> Lire l'article de Libération (réservé aux abonnés)

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !