Carte-Europe

Au-delà du CDI : les nouvelles formes d’emploi redessinent les marchés du travail en Europe

L'autonomie frappe à la porte des contrats de travail. Face à des parcours professionnels qui ne se résumeront plus à une carrière, à temps plein, au sein de la même entreprise, des statuts plus souples se développent. Outre la création du CDI intérimaire au début de l'été et l'importance prise par le travail indépendant, des formes hybrides d'emploi se développent en Europe...

La mutation de notre rapport au travail et l’évolution de nos économies créent de nouvelles formes d’emploi. Aujourd’hui, plus de 15% de la population active européenne (et 4% de la population active française) sont des travailleurs indépendants. Mais le panorama européen présenté par la Fondation ITG montre aussi que des formes hybrides d’emploi, entre le salariat classique et le travail indépendant à proprement parler, se sont développées dans de nombreux pays européens.

Portage salarial ou “auto-emploi”

"Les formes atypiques d'emploi sont en train de devenir typiques"

Travailler pour soi. 
Quel avenir pour le travail à l’heure de la révolution individualiste ?, c'est le titre de l'ouvrage de Denis Pennel, directeur général de la Ciett (confédération mondiale des agences d'emploi privées). Dans cette interview, il décrit pour l'Atelier de l'emploi ce nouveau monde du travail qui "respire déjà".

Lire la suite +
Si la forme juridique que prennent ces nouveaux statuts varient d’un pays à l’autre (le payrolling hollandais, les umbrella companies britanniques, l’auto-emploi suédois), leur présence, encore limitée, est notable dans tous les pays observés. En France, le portage salarial est le statut le plus représentatif de ces formes hybrides d’emploi ; permettant aux travailleurs de “négocier des missions avec des entreprises, en fixant les termes d’un contrat de prestations, tout en étant salariés d’une entreprise de portage”, il concerne 50 000 personnes dans notre pays. Cela pourrait changer, avec l’aboutissement de l’encadrement réglementaire du statut, en juin dernier. En Italie, les travailleurs “hybrides” sont 4 fois plus nombreux et concernent près du quart de l’ensemble du travail indépendant.

La sécurisation de parcours professionnels plus discontinus est un des défis majeurs des marchés du travail contemporains… En Suède, note la Fondation ITG, l’auto-emploi (ou egenanställning) est utilisé “de manière universelle, à la fois pour les cadres et la réinsertion des travailleurs éloignés de l’emploi”. Le portage salarial français concerne, lui, avant tout des emplois de cadres, l’intérim jouant de manière fondamentale sur le marché du travail français ce double rôle de réponse à un besoin de souplesse des entreprises et de vecteur d’autonomie et/ou d’insertion professionnelle pour les individus, à différents stades de qualification.

Cliquer sur la carte pour voir la synthèse de la Fondation ITG : 

PanoramaFormesEmploi

> A suivre demain sur l’Atelier de l’emploi : Les nouvelles pratiques RH d’innovation sociale.

> A lire en attendant : “Parcours professionnels : le changement, c’est tout le temps”tribune d’Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France, dans Libération.

 

Crédit image : Scott Beale/Flickr (licence CC)