Publié le 26 juin 2017

ENTRETIEN. La révolution numérique bouleverse la façon dont les ressources humaines sont gérées au sein des entreprises. Rencontre avec Yves Arnaudo, Directeur du développement des Ressources Humaines chez Le Groupe La Poste, qui nous parle du double enjeu auquel font face les DRH ces dernières années : se transformer lui-même et accompagner la transformation des entreprises.

HReview. La révolution numérique bouleverse le métier des Ressources Humaines. Comment décririez-vous l'évolution du rôle des DRH ces dernières années et à quoi ressemblera, selon vous, le DRH de demain ?

Yves Arnaudo. Dans le contexte de la révolution numérique, le DRH est placé face à un double enjeu : il doit d’une part se transformer lui-même et d’autre part, accompagner la transformation de l’entreprise, c’est-à-dire la transformation des autres. Ce positionnement particulier au sein des entreprises le place donc dans un rôle central.

« Le DRH est tout à la fois le promoteur du changement et le gardien des valeurs de l’entreprise. »

Ces dernières années, les professionnels des Ressources Humaines ont vécu un recentrage de leurs activités sur les missions stratégiques, ce qui constitue aujourd’hui la valeur ajoutée de la filière. En abandonnant peu à peu les tâches purement administratives, les RH peuvent désormais se concentrer sur les sujets stratégiques :

  • La question des compétences dans un contexte de transformation des métiers : il s’agit de définir les compétences de demain et de mettre en œuvre une gestion beaucoup plus anticipée des évolutions professionnelles et des mobilités ;
  • La digitalisation des processus, qui concerne aussi bien le recrutement, la formation, la gestion des talents que la réorganisation du travail ;
  • L’accompagnement des managers et des collaborateurs, pour améliorer l’efficacité opérationnelle et renforcer la proximité entre tous les acteurs de l’entreprise.

Le DRH est donc aujourd’hui un véritable catalyseur de la coopération et de la transversalité au sein des entreprises. Pour ce qui concerne le futur, je vois le DRH tout à la fois comme le promoteur du changement et le gardien des valeurs de l’entreprise. Ces grandes transformations doivent se faire sans briser l’harmonie des entreprises. Enfin, il faut également créer les conditions propices à la créativité et l’innovation au sein des structures. Et je considère que l’innovation doit être totalement intégrée aux valeurs de l’entreprise!

HReview. Comment les entreprises doivent-elles, selon vous, gérer l’innovation aujourd’hui ? Pouvez-vous nous donner des exemples concrets de problématiques émergentes RH liées à la gestion de l’innovation au sein du Groupe La Poste ? Comment le Groupe intègre-t-il les dernières innovations et les ruptures technologiques RH dans son environnement ?

Yves Arnaudo. Le Groupe La Poste nourrit l’ambition d’être une grande entreprise de proximité et du digital. C’est donc tout naturellement que l’entreprise encourage l’innovation. D’abord en interne, autour de notre programme d’intrapreneuriat « 20 projets pour 2020 ». Les projets présentés par les collaborateurs dans le cadre de cette initiative portent à la fois sur des activités traditionnelles et sur des nouveaux territoires.

Parmi les projets vainqueurs, La Poste compte un système de garde pour animaux domestiques par un tiers de confiance, qui fait aujourd’hui l’objet d’une filiale (Aniweedoo). Mais aussi un service de conciergerie pour clés avec Oh My Keys.

Cette volonté de sortir de notre cadre de référence pour aller vers les nouveaux territoires de développement s’incarne aussi via l’incubateur de startups du Groupe. La Poste participe également à de grands rendez-vous mondiaux de l’innovation, comme le CES de Las Vegas.

La branche numérique du Groupe est particulièrement active et s’emploie à suivre les évolutions du marché. En parallèle, l’investissement dans l’écosystème entrepreneurial est crucial, avec des prises de participation dans des acteurs de proximité innovants, autour de la silver economy notamment.

HReview. Le Groupe La Poste mène aujourd’hui une transformation profonde de son modèle économique. Comment le plan stratégique « La Poste 2020 » va-t-il concrètement transformer les métiers au sein du Groupe ? Pouvez-vous décrire le rôle des RH dans cette démarche ?

Yves Arnaudo. Le plan stratégique « La Poste 2020 » est avant tout un plan de développement, qui mêle métiers traditionnels et nouveaux métiers. Dans ce contexte de diversification de nos activités, tout l’enjeu est d’accompagner nos collaborateurs vers les métiers de demain. Le rôle de la formation est ici essentiel car le niveau d’acculturation au digital est très hétérogène au sein de nos effectifs.

Nous avons donc mis en place un programme de formation (« Tous numériques ») pour former près de 70 000 collaborateurs. Nous proposons également un programme de 8 mois de formation alternée avec Simplon pour devenir concepteur-développeur, dont la 3e promotion cette année a concerné 580 candidats.

« Aucun métier ne va disparaitre, mais tous vont se transformer. »

Nos activités bancaires sont, elles aussi, en profonde transformation : près de 1000 postes de responsable de clientèle professionnelle seront créés d’ici à 2020.

Nous nous positionnons également dans de nouvelles activités, dont la transition énergétique. Demain, votre facteur pourra par exemple vous proposer d’établir un pré-diagnostic énergétique de votre habitation, tandis que la Banque Postale développe une offre de financement durable : en tout, ce sont près de 1000 postes qui seront créés à l’horizon 2023 dans ce secteur d’activité.

Au sein du Groupe, nous pensons qu’aucun métier ne va disparaitre mais que tous vont se transformer. Pour nous, la continuité réside dans ce lien de proximité que nous avons établi au fil des années avec nos clients. Toutefois, pour proposer tous ces nouveaux services et devenir l’un des plus grands acteurs du service de proximité en France et en Europe, La Poste doit se transformer en une organisation apprenante, qui permet à chacun de développer ses compétences et son employabilité.

Loin d’être désintermédié, le rôle du DRH est aujourd’hui de donner à tous les moyens de se remettre en cause et de se former en permanence !

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !