Publié le 31 décembre 2014

Détecter les talents d'aujourd'hui capables d'évoluer demain vers des métiers dont les contours restent encore flous nécessite une fine analyse des compétences requises de la part des recruteurs. Des compétences "douces" bien sûr, les soft skills, difficilement quantifiables. Mais sans oublier pour autant les compétences "techniques", plus traditionnelles. Des compétences qu'il est d'ailleurs plus facile de valoriser sur un CV ou sur un réseau social professionnel.

Ce que confirme une récente étude menée par LinkedIn, qui s'est posé la question "qui a été embauché en 2014, et que font-ils ?", en se basant sur les données de plus de 330 millions de membres à travers le monde et sur l'activité en ligne des recruteurs.

"Data-mining", "data-analysis", "programmation" : ces mots qui font rêver les recruteurs

Sans grande surprise, les résultats peuvent varient en fonction des pays ciblés. Toutefois, quelques compétences-clés émergent au niveau mondial. L'aptitude à extraire et à analyser des données arrive en tête des compétences les plus recherchées dans presque tous les pays, y compris en France. LinkedIn note d'ailleurs, à ce propos :

"Nous vivons dans un monde de plus en plus porté par les données, et les entreprises recrutent de manière agressive des experts dans la gestion et le stockage des données, leur extraction ou récupération, ou encore leur analyse. "

L'intégration logicielle (integration software) est elle aussi souvent positionnée dans le trio de tête. L'étude note également un retour remarqué des compétences marketing SEO/SEM, ou l'optimisation d'un site internet ou d'une campagne marketing sur les moteurs de recherche.

Enfin, les compétences en recrutement sont elles aussi prisées, se plaçant presque à chaque fois dans le top-20 des pays analysés. Au Brésil, c'est même la deuxième compétence la plus recherchée. Signe, s'il en est, d'un métier en constante évolution lui-aussi, quoique "toujours aussi complexe et stratégique".

Crédit image : david / flickr.com / licence CC BY-NC 2.0
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !