RH-2018

Les RH en 2018 : de quelles compétences aura besoin l’entreprise agile ?

INFOGRAPHIE. L'heure du travail flexible ? 91% des directeurs de ressources humaines britanniques interrogés estiment que les employés de demain seront recrutés avant tout sur leur capacité à s’adapter au changement.

Dans une étude de Right Management (UK), leader mondial des solutions d’optimisation du capital humain en management des Talents et des Carrières, intitulée « The Flux report »,  les acteurs des ressources humaines britanniques identifient les changements liés au climat d’incertitudes et de volatilité de ces dix dernières années.

> L’infographie. À quoi ressembleront les RH en 2018 ? Les quatre bouleversements induits par la logique de « flux » :

Infographie - The Flux Report

Accélération de la transformation numérique, gestion d’une main-d’oeuvre multigénérationnelle, incertitudes du marché, complexification et diversification des tâches… Le monde du travail ne finit pas de changer. D’un point de vue organisationnel et managérial, les entreprises et les ressources humaines sont elles-aussi en mutation : pour faire face au flux, la souplesse devient la norme pour s’adapter rapidement à un environnement et des besoins mouvants. Quitte, de plus en plus, à basculer vers un modèle d’organisation hyper-flexible, qui nourrit sa culture du rebond et de l’adaptation, ouvre ses murs, se concentre sur son coeur de métier et externalise : trois quarts des décideurs RH s’attendent ainsi à « outsourcer » plus de tâches d’ici à 2018.

> Lire : L’entreprise agile, opération portes ouvertes

Enjeu principal pour les entreprises : combler les pertes liées aux délais d’adaptation en assouplissant sa manière de poursuivre ses objectifs stratégiques. Alors que l’agilité devient un maître-mot et que les carrières, elles-aussi, deviennent multiples et imprévisibles, quelles sont ces compétences que les ressources humaines s’attendent à recruter à l’horizon 2018 ? L’esquisse de ces profils-types met en valeur surtout des traits d’esprit. Le talent, lui, devra être stimulé par une culture et une dynamique d’entreprise.

Résilience

91% des directeurs de ressources humaines britanniques interrogés estiment que les employés de demain seront recrutés avant tout sur leur capacité à s’adapter au changement, à l’incertitude. Ce besoin de résilience va de pair avec le développement de l’agilité organisationnelle, comme réponse à la volatilité et l’incertitude  : trois quarts des sondés ont observé des changements organisationnels dans leur entreprise ces cinq dernières années. Pour certains, le « freelance est l’avenir de l’homme ». Demain, le travail se morcellera et pourrait être réalisé de n’importe où, n’importe quand. Et les compétences traditionnellement identifiées chez le freelance seront requises pour les salariés !

Leadership

En 2018, le manager sera… jeune ! À en croire les résultats de l’étude, près de trois quarts (70%) des leaders RH britanniques s’attendent à voir débarquer dans les conseils d’administration et les équipes de direction une nouvelle génération d’employés, avec également plus de femmes (66%). Et les managers actuels sont conscients du défi de l’adaptation permanente : ils sont 80% à estimer devoir développer leurs compétences pour assumer leur fonction.

Les compétences de demain

Les compétences de demain ?

Flexibilité

Les carrières ne sont plus linéaires : elles sont de plus en plus multi-formes, mobiles et corrélées au flux d’activité, aux besoins d’un calendrier. Deux-tiers des décisionnaires RH s’attendent en effet à aligner leur stratégie RH sur la stratégie « business »… mais aujourd’hui, à peine plus d’un sur dix se décrit productif dans sa planification RH. Au-delà de la recherche de résilience chez le candidat, c’est l’ensemble du marché du travail qui est amené à se transformer, avec par exemple des seniors qui préféreront de plus en plus le temps partiel à la retraite (selon 92% des responsables RH sondés), un développement des compétences apte à se construire dans des carrières multiples et parfois simultanées (79%) et plus de la moitié des actifs en emploi entrepreneurs, travailleurs indépendants ou en travail temporaire (60%).

Engagement

La motivation n’est pas un gros mot. En Grande-Bretagne, près de la moitié des entreprises ont souffert de la crise notamment à cause d’un manque de loyauté (46%) et d’un certain désengagement de la part des employés (44%). Les candidats de demain pourraient présenter des marques d’investissement fortes, un lien à l’entreprise, un état d’esprit centré sur les intérêts de l’équipe… C’est un des défis majeurs pour les RH de demain : accompagner le management des carrières, s’engager dans des stratégies d’attractivité voire entrer dans une logique de service auprès de ses salariés.

 

> Lire l’ensemble de l’étude de Right Management :

The Flux Report Building a Resilient Workforce in the Face of Flux by ManpowerGroupFr


Crédit image : jurjen_nl/Flickr (licence CC)