Publié le 15 mai 2018

EVENEMENT. Deux journées de réflexion collective et prospective sur les grands enjeux RH auxquels les entreprises font face chaque jour : c’est la promesse tenue de la 35e édition du Congrès HR’. Les trois thèmes à l’honneur – Agilité, transformation et intelligence collective – ont structuré les prises de parole et les échanges avec les nombreux professionnels présents. Parmi eux, plusieurs experts ManpowerGroup, ainsi qu’Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France qui a ouvert cette nouvelle édition. Retour sur l’événement.

A raison de deux rencontres annuelles, le Congrès HR’, dont ManpowerGroup est partenaire officiel, s’est imposé comme un évènement phare de la communauté RH. Sa dernière édition en date, qui se tenait les 4 et 5 avril 2018, n’a pas fait exception : expertise de praticiens RH reconnus, partage d’études de cas, regards croisés entre professionnels, analyse de nouvelles approches, et invités prestigieux étaient au rendez-vous.

En tout, 100 intervenants ont animé 10 conférences thématiques organisées en sessions. 700 décideurs RH de grandes entreprises étaient présents pour les écouter et interagir avec eux. A l’honneur cette année, les thèmes de l’agilité, de la transformation et de l’intelligence collective, qui sont au cœur des défis RH auxquels les entreprises seront confrontées en 2018. Retour sur les deux journées de la 35e édition du Congrès HR’.

L’intelligence collective est une intelligence humaine

La conférence plénière inaugurale de la 35e édition du Congrès HR’ a été ouverte par Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France. A cette occasion, il a insisté sur l’importance de l’agilité et de l’intelligence collective, dans un contexte de transformation accélérée vécue par de nombreuses entreprises.

Alors que la révolution digitale fait désormais office d’environnement quotidien pour les entreprises, l’intelligence artificielle et la robotisation promettent de bouleverser métiers et pratiques. Des changements concrets que les organisations doivent anticiper, notamment en matière de compétences pour leurs collaborateurs.

C’est sur cette question stratégique que se sont penchées Agnès Lépine-Lozach, Directrice de la Stratégie marchés et métiers chez Manpower, Valérie Bourassin, General Manager, Talent Acquisition & Development, Groupe Renault et Nolwenn Delort, Head of Learning, HSBC, à l’occasion d’une table ronde consacrée à l’impact du digital, de l’intelligence artificielle et de la robotisation.

Agnès Lépine-Lozach s’est notamment appuyée sur l’étude « Révolution des compétences 2.0 » menée par ManpowerGroup auprès de 20 000 employeurs à travers le monde, et dévoilée fin mars 2018, pour souligner que l’automatisation et la robotisation croissantes ne sont donc pas forcément synonymes de réduction d’effectifs. Pour les trois intervenantes, force est constater que ce contexte revalorise significativement les compétences comportementales les plus « humaines », à l’instar de l’empathie, de la communication ou encore du sens de l’écoute.

Leadership et mobilité réinventés

La transformation des entreprises concerne toutes les strates de l’organisation, dans ses aspects humains comme technologiques. Dans le cadre d’une session autour des grandes évolutions de la culture managériale et du leadership à l’ère du digital, Jean Giboudeaux, Directeur Général de Right Management, a présenté les conclusions du dernier livre blanc de Right Management « From C-Suite to Digital Suite ». Pour croiser les regards, Marilyn Kronenberg, Head of Executive Education, Sanofi et Valérie Migrenne, Directrice de la Gestion des talents stratégiques et des cadres dirigeants, Groupe Société Générale, étaient invitées à partager leurs expertises de terrain.

Si 80% des compétences actuelles des leaders resteront pertinentes dans le futur, les intervenants se sont accordés à dire que de nouvelles attentes émergent autour du leadership. Les changements organisationnels à l’œuvre impliquent une interdépendance plus forte entre les collaborateurs et imposent le travail collaboratif et transversal. Un véritable défi pour les leaders, dont le rôle de catalyseur de la transformation est de plus en plus stratégique.

 

Autre transformation stratégique discutée, celle de la mobilité professionnelle. Alors que les parcours de demain ne ressembleront en rien à ceux d’hier, les collaborateurs peuvent désormais prendre en main leur trajectoire professionnelle. Les entreprises, quant à elles, doivent veiller à mettre en place des programmes de mobilité performants.

Cette thématique a réuni Philippe Perret, Directeur Engie Mobility chez Engie, Yves Arnaudo, Directeur du développement RH du Groupe La Poste et Corinne Fromentin, Directrice des Opérations, Projets et Conseil chez Right Management, invités à partager leur analyse sur les transformations en cours et les enjeux autour de la mobilité.

Le constat ? La mise en place de programmes de mobilité performants procède d’un véritable changement de culture pour les entreprises. Elle exige également des professionnels des Ressources Humaines une forte dose d’audace, pour faire de la mobilité un levier de performance et de transformation, et non une simple récompense pour les collaborateurs jugés les plus méritants.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !