Publié le 2 octobre 2012

60% des salariés passent des appels professionnels lorsqu'ils sont au volant. C'est ce qui ressort d'une enquête citée hier soir par David Abiker dans sa chronique "La gueule de l'emploi" sur Europe 1.

Premiers concernés par la "voiture-bureau" : les chauffeurs, livreurs, commerciaux,  techniciens d'intervention rapides, hommes ou femmes d'affaires...  Ces salariés  ne risquent pas seulement une amende : la probabilité de connaître un accident est multipliée par 3 lorsque l'on utilise son téléphone en conduisant. Un kit main libres n'y change pas grand chose puisque c'est la concentration, et non le fait d'avoir une main prise, qui est en cause.

Attention : la responsabilité de l'employeur peut être engagée en cas d'accident. C'est pourquoi le nombre de chartes se multiplie.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !