Légo

Formation : les Européens refusent le do it yourself

Un livre blanc de ManpowerGroup sur le développement des talents révèle que l'Europe est le continent où les entreprises ont le plus recours à des partenaires externes pour la formation. Les pratiques innovantes (formation collaborative et e-learning) sont encore boudées.

La solution, pour s’assurer une bonne gestion des talents, est de penser “long terme”, en mettant en oeuvre une stratégie de formation qui anticipe les besoins stratégiques, les talents requis pour atteindre ces objectifs, et la manière de trouver ces talents.  Les employeurs doivent aussi être plus innovants et flexibles dans le développement des talents dont ils ont besoin : cette approche doit inclure des investissements dans la formation, particulièrement ciblés sur certains postes-clés.

La tendance est-elle à l’anticipation des besoins en compétences ? Introduisant ainsi son panorama global, ManpowerGroup relevait récemment que plus de la moitié des entreprises mondiales ne construisent pas leurs talents : elles ne développent strictement aucun programme spécifique de formation ou d’apprentissage (53%).

Toujours à l’échelle mondiale, parmi celles qui investissent, elles sont 45% à avoir recours à des prestataires, mais une petite majorité d’entreprises préfèrent “retrousser leurs manches” et former elles-mêmes leurs talents.

Aux Etats-Unis, do it yourself

Training Programme Delivery

Dans le vaste éventail de pratiques mondiales, cette tendance s’accentue outre-Atlantique : seulement un tiers des employeurs américains développent leurs programmes de formation en externe ; c’est le cas de plus de la moitié de leurs homologues européens (35% contre 52%).

L’Europe est le continent où les formations sont le plus souvent effectuées  avec un partenaire externe à l’entreprise : mis à part Taïwan (63%), les plus prompts à externaliser sont belges, tchèques, italiens ou autrichiens (plus de 65%).

Mentoring, social learning, e-learning : l’Europe réfractaire ?

Training methodsLe refus du do it yourself américain se manifeste aussi dans les modalités de formation : les Européens se montrent particulièrement réfractaires au e-learning, mais aussi aux méthodes plus américaines du peer coaching (formations collaboratives), ou de mentoring. Sur les deux rives de l’Atlantique, on remarque que les employeurs privilégient largement les formations pratiques et rechignent à recourir aux formations – souvent plus théoriques – proposées par les universités et autres structures de formation publiques.  Ainsi en Europe, seulement un cinquième des entreprises qui ont recours à des prestataires externes s’adressent à l’Etat. L’étude de ManpowerGroup y voit un potentiel largement sous-exploité.

> L’intégralité du livre blanc (pdf, en anglais) : Leveraging talent through traing – Analyse prochainement sur ces pages

> Image de “une” issue du flickstream d’oskay