Publié le 9 décembre 2014

A la question “Comment anticipez-vous l’évolution des effectifs de votre entreprise au cours du prochain trimestre, jusqu’à fin mars 2015, par rapport au trimestre actuel ?”, un échantillon représentatif de 1 000 employeurs en France répond de façon plutôt encourageante.

En effet, tandis que 6% des employeurs français interrogés prévoient d’augmenter leurs effectifs, 3% anticipent une baisse et 87% d’entre eux n’envisagent aucune évolution. Le solde net d’emploi s’établit ainsi à +3%. Après correction des variations saisonnières, la prévision nette s’établit à +5%, soit le niveau le plus élevée jamais observé en France depuis le début de la crise économique mondiale, en 2008.

« Ces chiffres sont évidemment de bonne augure alors que le chômage ne cesse d’augmenter depuis deux ans, analyse Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France. Effectivement, sur le terrain, certains de nos clients entrevoient quelques signes positifs : la baisse du prix du baril, conjuguée à la dépréciation de l’euro, redonne un peu de visibilité à ceux qui souhaitaient investir…donc embaucher. Par ailleurs, on observe une tendance sensible à la relocalisation de certaines activités des entreprises de taille moyenne. Quant aux PME, elles prévoient une légère hausse de leur carnet de commandes au premier semestre 2015, ce qui aura aussi un effet mécanique sur l’emploi »

Sur les cinq régions étudiées, les employeurs prévoient d’augmenter leurs effectifs. Les entreprises de la région Centre-Est se montrent les plus dynamiques, avec un solde net d’emploi positif à +6% pour le trimestre à venir. Elles sont suivies de celles situées en région Nord (+5%). Viennent ensuite, les entreprises de la région Centre-Ouest (+3%). Les employeurs des régions Ile-de-France et Sud ferment la marche avec des soldes nets d’emploi respectifs à +2% et +1%.

Pour le 1er trimestre 2015, les employeurs de sept secteurs sur les dix étudiés anticipent une augmentation de leurs effectifs. Les employeurs les plus optimistes sont ceux du secteur de la Finance, des Assurances, de l’Immobilier et des Services aux Entreprises et ceux du secteur de l’Industrie Manufacturière, avec une prévision nette d’emploi de +9% et +7%, suivis des employeurs du secteur Associatif, Public et Parapublic avec une prévision nette d’emploi à +5%.

A l’inverse, les employeurs du secteur de la Production et Distribution d’Electricité, de Gaz et d’Eau sont les plus pessimistes pour le trimestre à venir, avec un solde net d’emploi négatif à -2% tout comme les employeurs du secteur de l’Hôtellerie et de la Restauration avec une prévision nette d’emploi négative à -1%.

Dans trois catégories d’entreprises sur quatre, les employeurs prévoient d’accroître leurs effectifs au 1er trimestre 2015. Les grandes entreprises sont les plus optimistes avec un solde net de +9 %, tandis que les TPE et moyennes entreprises affichent des perspectives plus modérées, avec une prévision nette d’emploi de +4 % et +2 % respectivement. À l’inverse, les petites entreprises n’anticipent aucune évolution de leur masse salariale avec un solde net à 0 %.

> Voir l'infographie-bilan : "Une éclaircie possible sur le marché de l’emploi"

 > Télécharger ce communiqué de presse (pdf) ou sa version longue (pdf)

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !