Publié le 28 octobre 2013

1 - Les zones d'emploi les plus touchées

D'après l'INSEE, sur les 321 zones d'emploi que compte la France, seule une comptait en 2012 un taux de chômage inférieur à 5% : Houdan, ville de la "troisième couronne" parisienne, qui mêle bonne situation géographique, diversification des activités et avantages fonciers. Au deuxième trimestre 2013, selon les derniers chiffres disponibles, aucune zone d'emploi n'était encore dans cette situation.

A l'inverse, les 14 zones d'emploi dont le taux de chômage dépassait les 15% étaient particulièrement concentrées :

Zones d'emploi les plus touchées - 2012

Les régions les plus touchées : le Nord-Pas-de-Calais, de Calais à Maubeuge, et ses zones avoisinantes (Saint-Quentin et Tergnier, en Picardie, Thiérache, dans les Ardennes), ou dans le Languedoc-Roussillon (de Céret à Alès) Au deuxième trimestre 2013, elles étaient 21 zones à dépasser les 15%, le "record" étant pour Agde-Pézenas (Hérault), à 17,9%.

2 - L'évolution de l'emploi sur 10 ans

Carte interactive - chômage 2003-2013

 

Cliquer sur la carte pour observer l'évolution de l'emploi depuis 2004 (Slate) : le Nord et le pourtour méditerranéen sont les "points noirs" de l'emploi français, les taux de chômage supérieur à 11% y ont fait leur retour après le premier trimestre 2009. Voir aussi la carte de Challenges pour observer le taux de chômage, région par région (chiffres du deuxième trimestre 2013).

3 - Le recul de l'emploi intérimaire selon les régions

Intérim janvier-septembre 2012-20113

L'évolution de l'emploi intérimaire, considéré (jusqu'à présent) comme un indicateur avancé de la situation de l'emploi, montre lui aussi de fortes disparités : le baromètre Prism'emploi (pdf) fait état d'un recul de 11,1% entre janvier-septembre 2012 et la même période en 2013, mais les situations varient énormément, surtout entre le Nord-Est (l'Alsace est à -19,6%) et le Sud-Ouest et le Centre (le Limousin n'est qu'à -6,6%).

4 - L'extrême concentration (urbaine) du chômage

Disparités - demandeurs d'emploi

Un quart de l'ensemble des demandeurs d'emploi se retrouve dans dix zones d'emploi seulement : c'est l'un des chiffres forts du rapport de plus de 500 pages de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) évaluant la "politique territoriale de l'emploi", dont sont aussi tirées les cartes qui suivent.

Jeunes, femmes, seniors, les populations les plus vulnérables face au chômage ne sont pas non plus distribuées également :

5 - Plus de 20% de jeunes parmi les demandeurs d'emploi : surtout dans la moitié Nord

Carte - Chômage des jeunes

6 - L'apprentissage : une politique (très variable) pour l'emploi des jeunes

Apprentissage

L'apprentissage, qui représente avec la formation professionnelle près du quart des dépenses "emploi" des collectivités territoriales, est un des leviers pour l'emploi des jeunes dont l'utilisation varie le plus selon les départements, note l'IGAS.

7 - L'Île-de-France, terre d'emploi pour les seniors

Carte - Chômage des seniors

8 - Les femmes plus touchées par le chômage dans le quart Sud-Ouest

Carte - Chômage des femmes

9 - Chômage de longue durée : le Nord, encore

Carte - Chômage de longue durée

Le chômage de longue durée constitue une double peine : plus l'éloignement de l'emploi se prolonge, plus le retour à l'emploi est difficile. Avec beaucoup de départements qui comptent une part de demandeurs d'emploi en recherche depuis plus d'un an supérieure à 40%, le Nord et le Centre sont particulièrement touchés.

10 - Salaires : Alsace, Rhône-Alpes et Île-de-France en tête

Salaire moyen par tête en 2012

Element primordial de l'attractivité des entreprises et des territoires, les salaires moyens  dépassent fréquemment les 2 300 euros en Rhône-Alpes, en Île-de-France ou en Alsace, des régions qui sont aussi en dessous des 10% de chômage en moyenne.

> Aussi sur l'Atelier de l'emploi :

> Crédit image : Slate (évolution de l'emploi), Prism'emploi (emploi intérimaire) et IGAS (cartes 4 à 10).
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !