Publié le 24 avril 2014

Faire évoluer les compétences des collaborateurs plus rapidement. Depuis 2010, c'est l'un des principaux objectifs de Michelin, qui a réorienté sa politique de formation des salariés. En cause ? Un temps d’apprentissage qui n'était plus en adéquation avec le rythme exigé par l'activité. Face au défi de la nécessaire "adaptabilité des compétences", le groupe a mis en place « Time to Competence » (T2C), une démarche qui vise à réduire le temps nécessaire à l'acquisition des compétences pour, entre autres, positionner dans un délai plus pertinent la main d’œuvre disponible aux postes-clés de l'entreprise.

> Lire Les RH en 2018 : de quelles compétences aura besoin l'entreprise agile ?

Michelin-Bibendum

Pression... sur le temps !

Et pour optimiser au mieux les investissements de l'entreprise, le fabricant de pneumatiques s'est avant tout appuyé sur une révision approfondie des compétences véritablement nécessaires pour chaque poste. Il a également développé un mix de méthodes pour notamment "apprendre en créant" alliant ainsi campus, tutorat et self-learning, l'apprentissage par soi-même. Enfin, choix a été fait de renforcer le dispositif de validation et de qualification. Concrètement, 400 000 heures de gains ont été identifiées. Et 240 000 ont déjà été concrétisées en 2013.

> Lire Quand former ne suffira plus : demain, l’entreprise « capacitante »

Au final, une démarche innovante dans l'"amélioration continue des organisations et des process", déjà observée par ailleurs en janvier avec un programme de formation sur mesure, initié de manière proactive pour faire « monter en expertise » des jeunes collaborateurs achats pourtant sans "lacune patente".

Le mobile-learning à la rescousse

La pression sur les coûts n'est de fait pas la seule raison poussant à optimiser le temps de formation : elle repose aussi en grande partie directement sur le temps, constate le DRH de HCL Technologies. Pour ses nouveaux arrivés, la fameuse SSII fondée par Vineet Nayar est ainsi passée à des modules "présentiels" de 3 à 6 mois à une approche "just-in-time" par modules de compétences plus souples et en adéquation avec les besoins en compétences de court-terme. Un glissement qui s'opérer de plus en plus grâce au e-learning qui permet de déployer de nouvelles solutions mobiles de formation, et ajustables selon les besoins locaux de chaque entité. Michelin, avec son programme "Time-to-Competence" a ainsi introduit plusieurs standards de mesure du temps, à l'échelle du groupe... mais aussi adaptées régionalement.

> Lire Serious game, mobile learning, micro learning : les nouveaux usages transforment la formation

Crédits images Chris Preen, GabboT / flickr (licence CC)
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !