Publié le 2 octobre 2014

Une étude du Dr. Gloria Mark de l’Université de Californie montre que l’employé américain est interrompu toutes les trois minutes en moyenne et qu’il lui faut environ 23 minutes pour revenir sur son travail.

S'interrompre toutes les 3 minutes ou prendre une pause de 15 minutes toutes les heures

Une étude du Dr. Gloria Mark de l’Université de Californie montre que l’employé américain est interrompu toutes les trois minutes en moyenne et qu’il lui faut environ 23 minutes pour revenir sur son travail. Résultat : des employés fatigués, dont la perte de concentration et la propension plus grande à faire des erreurs représentent aussi un coût pour l’entreprise.

Faut-il pour autant passer par la loi pour préserver les employés, à l’exemple de l’Allemagne qui essaie de se doter d’une législation anti-stress ? Le but d'un tel recours législatif : restaurer des temps et des lieux dédiés à autre chose que le travail et éviter que les salariés hyperconnectés ne fassent un burn out. Pour Dr. Mark, il s'agirait plutôt de changer la culture du travail tant au niveau des employés que des entreprises.

Le brouillage entre vie professionnelle et vie privée est un phénomène que l'on peut quantifier : ce sont par exemple 54% des cadres supérieurs français qui travaillent plus de la moitié de leur temps hors de leurs bureaux et 89% et qui consultent leurs e-mails ou données professionnelles plusieurs fois par jour sur leur temps personnel.

Draugiem Group a mesuré la productivité d'employés grâce à DeskTime, un logiciel qui comptabilise les horaires des salariés. Résultat : un ratio de travail de 52 minutes couplé avec 17 minutes de pause serait idéal pour la productivité.

débordé

Je suis débordé donc je suis

Alors que la "sur-sollicitation" limite l'engagement et la productivité des employés et devient source de démotivation, le fait d’être débordé est pourtant souvent perçu comme un signe extérieur d'influence et de poids dans l'entreprise, et reste à ce titre valorisé. Comment les RH peuvent résoudre ce problème ?

Les interruptions au travail sont un phénomène connu et largement étudié mais restent un problème à prendre en compte par les RH : selon Deloitte, 75 % des professionnels RH considèrent cette tendance à la "sur-solliciation" des employés comme un sujet urgent et important. Plus particulièrement, La gestion de la sur-information est un défi pour 50% des DRH, comme la gestion du temps l’est pour 57%. L’étude révèle également que des réponses sont attendues de la part des employés mais que le DRH n’est pas encore au point.

Le rôle des RH : simplifier l'environnement de travail. Pas de grand big bang mais un ensemble de bonnes pratiques à mettre en oeuvre. Concrètement : mettre en place des règles d'usages des outils, apprendre aux employés à mieux gérer leur temps, clarifier les circuits d’information et mettre en place des équipes réduites pour faciliter cette circulation, favoriser les formes de travail flexibles comme le télétravail, rendre les réunions plus productives, etc.

Pour répondre à l'hyper-connectivité... la technologie ?

Pour se déconnecter des réseaux sociaux, ne pas bondir à chaque notification de son smartphone, rediriger des e-mails "push" indésirables, organiser et hiérarchiser les tâches, quelques outils servent à simplifier son environnement digital de travail :

  • Utiliser un service, comme Notify Me Not, qui classe les emails de notification et permet de se concentrer sur les emails professionnels envoyés par des « vraies » personnes.
  • Mettre ses e-mails en pause avec Inbox Pause qui bloque les emails le temps voulu.
  • Utiliser des applications pour lutter contre les technologies qui font perdre du temps et gagner en productivité : Any.do, un gestionnaire de tâches, Asana, un outil de collaboration sans email, Due, une application pour fixer des rappels de tâches, ou comme Do, une application qui permet de rester concentrer sur les tâches importantes.
  • A situation désespérée, mesure extrême : installer l’extension Strict Pomodoro sur le navigateur pour bloquer tous les sites désignés comme indésirables pour un moment voulu, le temps de rester concentré sur son travail.

Autant de technologies et d'outils dont les RH pourraient s'inspirer voire emparer pour simplifier l'environnement de travail.

Crédits images: A Health Blog / Kevin Harber / Flickr / Licence CC BY 
Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !