Publié le 26 février 2019

ETUDE. La nature des compétences dont les entreprises ont besoin est en train de changer. Mondialisation, transition énergétique, évolutions réglementaires, innovation et bien-sûr automatisation : sous l’effet combiné de ces facteurs, la transformation des métiers se fait à vive allure. Si bien qu’aujourd’hui, une seule chose semble certaine : les compétences d’aujourd’hui ne seront pas celles de demain.

Partout, on entend parler de nouvelles compétences ou de compétences qui se raréfient sur un marché du travail en tension. « Les compétences sont la clé de la croissance et de la résilience des organisations comme des individus », estime Jonas Prising, PDG de ManpowerGroup. Si la révolution des compétences bat son plein, de quelles compétences parle-t-on exactement ? Dans le cadre de sa nouvelle étude internationale, ManpowerGroup a demandé à 19 000 employeurs, issus de 44 pays, de lister les compétences qu’ils recherchent le plus, alors que de nombreux métiers évoluent sous l’effet de l’automatisation. Les chefs d’entreprise se sont également exprimés sur le type de stratégie RH déployée pour faire face à l’obsolescence des compétences et à l’émergence de nouveaux besoins.

 

Si, sans grande surprise, la demande d’expertise IT progresse nettement partout dans le monde, le changement le plus notable concerne les compétences humaines : elles n’ont jamais été autant valorisées par les employeurs, à l’heure où l’automatisation devient la norme et que les tâches répétitives sont prises en charge par les robots.

Résultat, d’ici 2030, la demande de qualités humaines (sociales et émotionnelles) va progresser tous secteurs confondus, de 26% aux États-Unis et de 22% en Europe. Capacité à travailler en équipe, agilité, communication… : pour ceux qui se distingueront par ces qualités humaines, c’est aussi une opportunité de voir leur rémunération progresser. Car les entreprises se disent prêtes à débourser plus pour attirer à elles les talents qui possèdent les compétences qu’elles recherchent.

Autre stratégie largement déployée, les dispositifs de montée en compétences. 84% des employeurs vont renforcer les compétences de leurs collaborateurs d’ici 2020, quand ils n’étaient que 21% à afficher cette volonté en 2011. C’est en aidant les individus à se développer, à se tourner vers de nouvelles fonctions ou à passer à l’échelle supérieure que les entreprises disposeront des compétences dont ils ont besoin. Tous les secteurs d’activité sont touchés et la formation en continu est vouée à devenir la norme : d’ici 2022, 54% des actifs aura besoin de réorienter ses compétences en profondeur et de les renforcer !

 

 

Le déploiement de dispositifs de formation accélérée et ciblée, par exemple, permet aux collaborateurs d’acquérir de nouvelles compétences pour se positionner sur des métiers en croissance. Dans le cadre du programme My Path®, Manpower propose ainsi des parcours professionnels sur mesure aux collaborateurs désireux de développer leur employabilité. Une montée en compétences certifiée par l’attribution de badges dédiés aux compétences les plus recherchées. Accompagner les individus, révéler leur potentiel et leur assurer un emploi pérenne, c’est tout le sens de la dynamique « Agents des Talents » adoptée par Manpower. Pour les entreprises, cette stratégie renforce aussi la marque employeur et l’attractivité auprès des viviers de talents externes.

 

>> Télécharger gratuitement le livre blanc

Page de couverture de l'étude

 

« Notre mission est désormais de concourir à faire émerger une culture ancrée sur l’apprentissage et la construction des talents.»

Jonas Prising, PDG de ManpowerGroup

 

 

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !