Publié le 11 octobre 2015

Pour en savoir sur le partenariat entre ManpowerGroup et l'Expo Milano, retrouvez le communiqué de presse.

Pendant plus de 10 ans, en Italie, les mots « jeune » et « travail » ont été synonymes d’instabilité et de déni de droits. En conséquence, la flexibilité est surtout considérée comme un « péché originel » auquel les vingt-trente ans seraient éternellement condamnés. Imaginons un instant que le travail permanent, offrant la sécurité de l’emploi et donc une sécurité psychologique, n’existe pas. En quoi notre monde serait-il différent ? En réalité, la véritable anomalie qui crée une « insécurité psychologique » sur le marché du travail est le fait que le système de protection sociale ne fonctionne pas, ne couvre pas le chômage chronique, n’aide pas activement à trouver du travail et ne garantit pas une couverture sociale pendant les périodes d’exclusion du marché du travail.

Nous sommes en train d’essayer de modifier tout cela avec le Jobs Act, qui va dans la bonne direction, en combinant flexibilité et sécurité. Comme le dit l’éditorialiste du Corriere della Sera, Dario De Vico, nous nous en remettons depuis trop longtemps aux services publics d’aide à l’emploi, qui sont submergés par les tâches administratives et ne répondent qu’à 2,6 % de la demande de main-d’œuvre. À l’inverse, les agences d’emploi privées fournissent aujourd’hui un service de valeur à la fois aux candidats, par le biais de l’orientation et de la formation, et aux clients, avec des processus de recrutement et de sélection professionnels et efficaces. Là encore, nous devons introduire une nouvelle valeur, nous devons apprendre à réfléchir de manière horizontale, sans barrières, et dans le cas présent appliquer le principe de subsidiarité, en associant efficacement le public et le privé. Ce n’est qu’ici, en Italie, que cette valeur ne s’est pas développée, contrairement à la France, l’Espagne ou l’Allemagne. En outre, dans ce monde qui reste coincé à l’ère du travail permanent, le marché des services doit être flexible et non rigidifié en raison du manque de concurrence.

Nous devons montrer à nos jeunes actifs l’autre aspect de la flexibilité, le côté positif, celui qui leur permet d’obtenir un prêt ou de lancer leur propre activité car les jeunes actifs de talent ont beaucoup plus d’opportunités à l’étranger qu’ici, en Italie. Les 13 000 jeunes qui travaillent sur le site de l’EXPO de Milan ont l’incroyable opportunité d’entrer en contact avec différentes cultures et d’acquérir une expérience professionnelle, ne serait-ce que de 6 mois.

ManpowerGroup est l’un des partenaires majeurs de cette Expo et depuis le début de l’aventure, nous nous sommes toujours sentis partie intégrante d’un projet unique et international au sein duquel nous travaillons pour ouvrir une fenêtre sur le monde. Relever ce défi n’a pas été facile : une année de travail intense, qui se poursuit sans relâche encore maintenant et qui a nécessité un effort significatif de la part de l’ensemble de notre organisation.

Naturellement, nous avons été aidés par notre ADN dans ce processus : le fait que nous sachions travailler horizontalement et surtout, notre capacité à comprendre comment impliquer nos collaborateurs, toujours au centre de l’univers Manpower. Grâce à notre présence dans plus de 80 pays, nous avons réussi à donner une dimension internationale à ce défi unique en son genre, en consolidant notre réseau au niveau mondial. C’est avant tout grâce à nos collaborateurs que nous avons atteint notre objectif de recruter tout le personnel nécessaire pour l’Expo elle-même, ainsi que pour tous les pays ayant leur propre pavillon ou présents au sein des différents pavillons thématiques.

C’est grâce à ce capital humain que l’Expo peut exister et fonctionner quotidiennement. Des mois d’interviews et de formation ont démontré, entre autres, que ce sont les compétences autres que techniques qui font la différence, aujourd’hui davantage qu’hier, dans le choix d’un collaborateur, mais aussi dans le choix du travail qu’il va effectuer.

Le cliché de l’ « adulescent » qui reste à la maison et ne sait pas ce que travailler veut dire est à des années-lumière de la réalité, en particulier à une époque où les chiffres du chômage atteignent des records historiques en Italie, de l’ordre de 42 % pour la tranche des 15/30 ans.

Il est incontestable cependant que le fait d’avoir certaines qualités plutôt que d’autres peut véritablement faire la différence lorsqu’il s’agit de sélectionner ou d’être sélectionné. En effet, la gestion du stress, la résilience, l’aptitude à bien travailler en équipe et, par-dessus tout, la flexibilité, font partie d’un mix horizontal qui définit bien plus encore la personne que ses compétences techniques. Cette prise de conscience nous oriente toujours davantage vers un monde qui, inévitablement, ne peut plus ignorer les capacités d’analyse, mais doit au contraire s’en servir comme point de départ.

Le Premier ministre italien, Matteo Renzi, a déclaré dans son discours de la cérémonie d’ouverture de l’Expo le 1er mai : « Demain commence aujourd’hui ».
Je suis complètement d’accord avec lui et je pense que tout cela, c’est déjà l’avenir. L’Expo, avec tout ce qu’elle nous a apporté et grâce à laquelle nous avons développé de nouvelles méthodes de travail, fait désormais partie de nos connaissances et nous incitera à expérimenter de nouvelles idées.

Naturellement tout cela a été possible grâce à une nouvelle manière d’utiliser la technologie. Ainsi, nous avons adopté un système de contrôle des présences qui permet aux employés de télécharger sur leur portable une app simple d’utilisation et d’envoyer toutes les informations nécessaires pour remplir leurs feuilles de temps. Un moyen simple et rapide de gérer les milliers de personnes qui travaillent sur le site de l’Expo, expliqué plus en détail dans ce numéro, de même que le travail d’autres partenaires ayant développé d’autres formations et projets ad hoc innovants qui contribuent à faire de l’Expo une expérience unique.

Il s’agit de la première Expo technologique de toute l’histoire, au sein de laquelle des entreprises internationales comme la nôtre ont pu travailler en interconnexion, gérer des campagnes de rencontres internationales, rassembler des idées et organiser des stratégies de communication sur les médias sociaux.

Nos agences du monde entier ont arboré les couleurs de l’Expo cette année, et partager leur enthousiasme a été une expérience véritablement incroyable.

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !