Publié le 28 février 2019

ETUDE. Mon collègue, le robot… Ce qui n’était qu’une vision futuriste est advenu dans de nombreux secteurs, sous la forme d’une collaboration amenée à se renforcer entre les Hommes et les machines. Comment accompagner les individus dans cette mutation profonde ? Une nouvelle étude ManpowerGroup livre aux entreprises et aux professionnels des Ressources Humaines les clés pour se préparer au défi de la cobotique. 

La nouvelle étude menée par ManpowerGroup auprès de 19 000 employeurs dans 44 pays indique clairement que nous ne sommes pas sur le point d’être massivement remplacés par les robots. Au contraire, lorsqu’ils se projettent en 2020, les employeurs interrogés n’ont jamais été aussi nombreux, soit 87%, à prévoir d’accroître leurs effectifs ou de les maintenir à leur niveau actuel, malgré l’automatisation de certaines tâches dans leur secteur d’activité.

Si, comme le souligne Alain Roumilhac, Président de ManpowerGroup France, « il n’y a aucune raison de croire qu’il faudra un jour choisir entre Homme et robots », les individus seront vraisemblablement de plus en plus amenés à travailler avec les machines. Le grand défi aujourd’hui est donc « de trouver la bonne formule pour faire avancer ensemble hommes et machines ». Comment créer les conditions d’une collaboration harmonieuse et fructueuse ? Voici 7 règles à suivre pour faire advenir ce duo gagnant.

1. Ne pas oublier l’importance du leadership

Les dirigeants doivent être les moteurs du changement, de l’innovation et les premiers promoteurs de la culture de la formation. Pour les entreprises, le défi est donc d’identifier le potentiel des futurs digital leaders en leur sein. L’objectif : faire de l’entreprise un terrain propice à l’apprentissage, alors que notre époque est marquée par la (très) rapide évolution des compétences.

2. Faire des femmes une part essentielle de la solution

Les femmes représentent 50% de la population active et sont davantage diplômées que les hommes depuis 2017. Il est donc indispensable de promouvoir une culture qui donne aux femmes toute la place pour s’épanouir. En tout état de cause, ce qui fonctionne pour les femmes marche pour tout le monde !

 

3. Comprendre les aspirations de vos employés

A l’horizon 2025, les millenials et les membres de la Génération Z, c’est-à-dire ceux nés après 1995, représenteront plus des deux tiers de la population active mondiale. Les entreprises doivent s’adapter à ces jeunes professionnels en proposant des modes de travail plus variés et flexibles, du contrat de mission au temps partiel en passant par l’intérim, s’ils veulent attirer et fidéliser les plus talentueux. Seules 32% des entreprises sont prêtes à recourir à des indépendants et à d’autres formes de travail alternatif, alors que 87% des actifs se disent prêts à se tourner vers ces nouveaux modèles.

4. Connaître précisément les capacités des salariés

évaluation des employésLes entreprises doivent s’appuyer sur l’évaluation, l’usage de données exactes et actualisées ainsi que sur des outils de prédiction des performances pour placer leurs employés aux postes où ils seront le plus efficaces et éviter le cloisonnement des compétences. C’est d’autant plus crucial qu’aujourd’hui, selon une étude Right Management, un collaborateur sur cinq se juge en inadéquation avec le poste qu’il occupe au sein de son entreprise. Résultat : ces collaborateurs ne sont ni motivés, ni engagés, ni productifs… ce qui a un impact direct sur la performance de l’entreprise.

 

 

5. Offrir une formation sur mesure

Les entreprises doivent abandonner les méthodes de formation de masse au profit d’approches ciblées et encadrées grâce auxquelles leurs employés pourront acquérir les compétences stratégiques qu’elles ont tant de mal à trouver en externe. Dans le cadre d’un parcours de formation, l’identification des leviers motivationnels et des compétences permet de choisir les contenus et les approches pédagogiques à privilégier pour tel ou tel apprenant. Par exemple : certains préfèrent prendre connaissance de supports écrits, d’autres ont besoin d’expérimenter. La prise en compte des préférences individuelles de chacun est un puissant levier de réussite.

6. Miser sur les qualités humaines

Les entreprises doivent affiner leurs stratégies RH pour tenir compte du fait que les qualités humaines sont plus difficiles à développer que les compétences techniques. Si 38% des entreprises peinent à former leurs salariés aux compétences techniques les plus demandées, 43% rencontrent encore plus de difficultés à leur faire acquérir les qualités humaines dont elles ont besoin, comme le sens de l’analyse et la communication.

7. Donner à l’Homme les clés pour tirer le meilleur parti des technologies

Les entreprises doivent constamment mettre à niveau leurs salariés et façonner des talents. Il leur faut analyser et réévaluer les compétences dont elles ont besoin pour faire des talents humains le parfait complément des machines.

 

>> Télécharger gratuitement le livre blanc 

Page de couverture de l'étude

« Notre mission est désormais de concourir à faire émerger une culture ancrée sur l’apprentissage et la construction des talents. »

Jonas Prising, PDG de ManpowerGroup

 

 

 

 

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !