Travail-diplome

Entendu en 2013 : « Le diplôme, c’est fini ! » (2/4)

[Rétrospective] En 2013, le niveau de diplôme est toujours un critère d'exclusion dans la recherche d'emploi. Y aura-t-il un avant et un après- MOOC ? Entamée en 2012, la vague de ces cours en ligne, ouverts et à grande échelle, a laissé croire à la fin des diplômes et à un marché du travail plus accessible. Sélection d'articles pour distinguer le mythe des bien réelles mutations.

> Cet article est la suite de la rétrospective « Entendu en 2013″. Lire la première partie : « Le mal-être au travail, c’est fini ! »

> Cliquer sur les images pour accéder aux articles

1- L’utopie : « Avec les MOOC, tous égaux pour trouver un travail »

Du savoir et des compétences utiles pour son employabilité, accessibles en ligne universellement et gratuitement ? Dans les modes d’apprentissage comme dans l’accès à l’emploi, les MOOC portent intrinsèquement une révolution. « Arme de démocratisation massive », les cours en ligne sonneraient « le glas des diplômes », selon le fondateur d’Udacity, l’une des principales offres de formation en ligne, Sebastian Thrun. Le New York Times écrit à l’époque : « Les employeurs se fient aux diplômes parce que c’est un moyen rapide d’évaluer les 300 candidats qui postulent pour un emploi, mais dès qu’il existera un mécanisme jouant le même rôle, l’empire des diplômes sera mort ».

MOOC - fin des diplômes

2- Ce qui change vraiment : à l’école, au travail, la formation ne s’arrête plus

Le même Sebastian Thrun, début décembre, a annoncé se détourner de ce que l’on a jusque-là appelé MOOC pour s’orienter vers la formation professionnelle. Un échec ? Plutôt le signe que le déferlement de MOOC a bien conduit à une sérieuse transformation : la fin annoncée d’une époque où l’apprentissage ne se fait qu’à l’école, et un continuum de plus en plus prononcé entre formation initiale et formation continue, entre l’apprentissage à l’école et l’apprentissage… perpétuel, et même plus généralement un rapprochement entre les mondes de l’enseignement et de l’entreprise.

La formation qui se rapproche du travail, les entreprises qui forment elles-mêmes leurs salariés, des écoles qui se lancent et ne diplôment pas leurs étudiants : ces évolutions, bien réelles, brouillent les frontières !

La formation professionnelle en 2014

Universités d'entreprise

Mooc d'entreprise

42, l'école sans diplôme

3- Les défis pour demain : qualité et formation pour tous, encore une utopie

Demain, tous autodidactes ? Tout n’est pas si rose : tant du côté des MOOC que de la formation professionnelle traditionnellele rapid learning, ce « déroulement expert de centaines de slides Powerpoint » est encore bien souvent la norme. De plus, alors que dans les pays développés la formation va aux individus les mieux formés et les plus stables, « la France se démarque par un système encore plus clivant qu’ailleurs ». Résultat : une fracture (la « machine à trier ») divise toujours le sort des diplômés et des peu ou pas diplômés sur le marché du travail. Et en 2014 ?

MOOC - formation

Diplôme protecteur

Insertion professionnelle des jeunes

> A lire aussi : 

Crédit image slackware/Flickr (licence CC)