Publié le 14 septembre 2015

REVUE DE PRESSE. De quoi sera faite la France qui vient ? Revue de web de différents articles portant sur des projets inspirants

ÉDUCATION | L’adaptative learning, la révolution éducative qui vient

Vous connaissiez les MOOC ? Vous serez sûrement intéressé par l’adaptative learning. Ce nouveau mode d'apprentissage, qui mêle algorithmes, psychologie cognitive et big datas afin de personnaliser l'enseignement, nous vient des Etats-Unis et Hachette Livre a signé le 10 septembre 2015 un partenariat avec Knewton, la start-up new-yorkaise en pointe dans le domaine. L’Etudiant nous explique les principes de cette méthode :

« Il s’agit de cours, exercices ou évaluations à faire en ligne (à la maison, en classe, en entreprise) s'adaptant à un individu en temps réel, selon son rythme d'apprentissage, ses difficultés, ses facilités et ses préférences. Ainsi, pour arriver à un même point, chaque étudiant prendra un chemin différent».

VIVRE ENSEMBLE | Paris, capitale européenne de l’entrepreneuriat féminin

Un bon chiffre pour la France nous est livré par la société Compass, citée par Maddyness. Avec 21% de femmes créatrices de start-ups, Paris se hisse à la première place européenne de l’entrepreneuriat féminin (et à la sixième mondiale).

ENTREPRENEURIAT | Une licorne parmi les boîtes françaises

Elles sont rares les entreprises à pouvoir se targuer de l’étiquette « licorne ». Une dizaine, tout au plus, en Europe, dont Spotify ou Delivery Hero. Et BlablaCar vient de les rejoindre : grâce un tour de table de 160 millions de dollars (environ 143 millions d'euros), auprès du fonds Insight Venture Partners, le leader du covoiturage est désormais valorisé 1,2 milliard de dollars, ce qui lui permet de rentrer officiellement dans le box des entreprises valorisées plus d'un milliard de dollars. Ce n’est pas la seule entreprise française à avoir passé une bonne semaine : l’écosystème start-up français a levé 74 millions d’euros entre le 7 et le 11 septembre, selon Maddyness.

CONNECTER | Emmaüs œuvre aussi contre la fracture digitale

Le numérique est un enjeu important pour les personnes en précarité. Depuis 5 ans, le projet Emmaüs Connect, qui a reçu début septembre l’aide de la campagne Upgrade Your World, mobilise une soixantaine de personnes pour lutter sur le terrain contre l’exclusion numérique des personnes en situation de précarité. Son fondateur, Jean Deydier s’en explique sur RSLN.

CRÉER | Le « Greenpeace » du Made in France

Le Made in France ne doit pas rester qu’entre les mains des politiques, c’est l’avis de la FIMIF, Fédération du Made in France, qui réunit des fabricants, des entrepreneurs et des consommateurs. Elle s’est fixée pour missions de mettre en réseau les entreprises produisant en France. L’organisation entend s’appuyer sur des consommateurs « acteurs », qui pourront relayer les combats et les mobilisations, participer à des happenings, etc, explique l’un de ses porte-parole, Charles Huet, à L’Usine Nouvelle.

INNOVER | Les Français attendent des objets « rupturistes »

Quel est notre rapport à l’innovation ? L’équipe « stratégies » de MediaCom s’est penchée sur la question. Résultat : oui, les Français sont friands d’innovation. Ils sont même 92% à se tenir informés à ce sujet. Ils sont 55% à penser que l’innovation doit apporter une rupture, même si la même proportion estime que les innovations proposées par les marques sont essentiellement des améliorations d’objets existants.

Crédit image : David Goehring

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le !